The Gleaner
Communauté

Attention au panais sauvage et à la berce du Caucase

La Direction de Santé Publique de la Montérégie (DSPM) a récemment émis un avertissement concernant la présence de la berce du Caucase, une grande plante avec une fleur blanche en forme de parapluie qui, bien qu’attrayante, peut causer de graves brûlures lorsqu’elle est cueillie.

La tige contient une sève toxique qui réagit fortement à la lumière du soleil, rendant la peau exposée extrêmement sensible aux rayons UV. La réaction, qui s’apparente à une brûlure, est très douloureuse. La DSPM suggère que, bien que très peu de cas d’exposition humaine à la sève toxique aient été signalés, il est important d’être prudent autour de cette plante envahissante.

 

Libre de panais sauvage, une petite fleur jaune qui pousse en petites grappes
PHOTO Sarah Rennie On peut apercevoir des fleurs de panais sauvage jaunes le long des routes et dans les fossés dans toute la région.

 

Un problème plus répandu dans la région est la propagation du panais sauvage, une plante envahissante de la même famille que la berce du Caucase, qui peut produire des brûlures similaires lorsque la peau est exposée à sa sève. « La plante est actuellement en pleine floraison et on la distingue facilement par sa taille et ses fleurs jaunes », explique Catherine Turgeon, conseillère de l’Union des producteurs agricoles pour le syndicat du Haut-Saint-Laurent. Les plantes peuvent atteindre jusqu’à 1,5 mètre de hauteur, avec des grappes de fleurs en forme de parapluie de 10 à 20 centimètres de diamètre.

La plante est surtout présente le long des chemins ruraux et dans les fossés. Le syndicat du Haut-Saint-Laurent avait adopté une résolution en 2016 demandant au ministère des Transports, ainsi qu’aux municipalités et à la MRC du Haut-Saint-Laurent, de travailler à limiter la propagation de la plante en coordonnant les activités de fauchage pour éviter la dissémination des graines. La résolution demande également la création et la mise en œuvre d’un plan d’éradication du panais sauvage. Étant donné la propagation continue de la plante, le travail ne fait que commencer. « Elle est vraiment partout », dit Mme Turgeon, notant que le contact avec la sève provoque une dermatite grave « et les cicatrices sont importantes ».

En cas de contact de la peau avec la sève de la berce du Caucase ou du panais sauvage, il est important d’éliminer la sève le plus rapidement possible. Utilisez du papier absorbant sans frotter et lavez la zone touchée avec de l’eau et du savon. Une brûlure de berce du Caucase ou de panais sauvage ne doit pas être exposée au soleil pendant au moins une semaine. Contactez Info-Santé (811) ou le Centre antipoison du Québec au 1-800-463-5060 pour obtenir des renseignements sur le traitement de ce type de brûlure.

Latest stories

Nouveaux habits, nouveaux sacs à dos, nouvelle année scolaire

The Gleaner

Le Festival Terre Ferme rassemble diverses cultures à Godmanchester

Les citoyens engagés à l’honneur lors d’un gala de reconnaissance

The Gleaner

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !