The Gleaner
Opinion

Ce casse-tête aux pièces manquantes

Les camps de jours dans le Haut-Saint-Laurent

Qu’on se le tienne pour dit, nous sommes privilégiés dans le Haut-Saint-Laurent. Nous vivons dans une communauté tissée serrée et où chacun est sensible au sort de son voisin. C’est dans cet esprit que nos municipalités offrent des camps de jours, l’été. Depuis deux ans, déjà, Une Affaire de Famille collabore d’ailleurs avec certaines d’entre elles à ce sujet.

Cette année, la pénurie de main d’œuvre atteint des sommets qui ont eu comme effet de diminuer le nombre de places disponible dans plusieurs camps de jour. Effectivement, les candidats à embaucher ne sont pas au rendez-vous. Et ce, malgré des salaires concurrentiels et une expérience formatrice.

Cet état de fait vient complexifier davantage le casse-tête déjà pas simple des familles de la région en période estivale car plusieurs enfants n’iront pas au camp de jour cette été, et plusieurs parents vont devoir user de beaucoup d’imagination pour trouver des solutions.

Les citoyens qui résident dans des municipalités qui n’offrent habituellement pas de camp de jour pouvaient, par le passé, inscrire leurs enfants dans le service de la municipalité avoisinante, mais cette façon de faire n’est presque plus possible.

En ajoutant à cela la difficulté de trouver des locaux pouvant accueillir confortablement un camp de jour, la complexité de ceux-ci, est cette année plus grande que jamais.

J’écris ces mots afin de proposer une réflexion collective. Cette nouvelle réalité, vécu dans plusieurs MRC au Québec, peut-elle être contrée par de nouvelles façons de faire? Va-t-il falloir repenser l’avenir des camps de jour?

Les solutions ne sont pas évidentes, mais avec une communauté comme la nôtre il est fort à parier que nous trouverons des solutions! Si vous avez des idées, je vous invite fortement à nous les communiquer ou à interpeller vos élus locaux.

D’ici-là, nous continuerons de collaborer pour offrir au plus grand nombre possible ce service essentiel aux familles de notre communauté.
Sabrina Gaziglia, directrice adjointe
Une Affaire de Famille.

Latest stories

Quand les gens oublient la bienveillance

Invité - Opinion

Saviez-vous que le Gleaner vous appartient ?

Hugh Maynard

L’homophobie présente au quotidien

Invité - Opinion

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !