The Gleaner
Art de vivreArt de vivre

Chienne (s) : Une pièce qui fait réfléchir

Au courant du mois de février, les étudiants de la troupe de théâtre du collège de Valleyfield ont présenté devant le public une pièce intitulée Chienne(s). Une pièce mise en scène par Émilie Levesque et écrite par Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent.

 

<br >Les dix étudiants de la troupe de théâtre du Collège de Valleyfield PHOTO Marie Nirva Louis

Le nom de la pièce est inspiré du sentiment de peur et d’angoisse que l’on peut expérimenter dans notre vie. « Avoir la chienne » est la traduction en joual québécois « d’avoir peur ». Dans cette pièce, les 10 étudiants de la troupe exposent, à travers diverses situations, de différentes détresses sociales présentes dans notre société.

En utilisant une robe de chambre qu’ils se partagent à tour de rôle, pouvant être perçus comme symbole d’isolation, les personnages énoncent de différentes détresses telles que : l’insécurité, l’insomnie, le stress, les agressions, la solitude, l’absence parentale, l’isolement, la dépression, l’anxiété etc. Sujets particulièrement présents actuellement chez les jeunes.

« L’adolescence est une grande période de changement autant physiquement que mentalement, commente Anne-Sophie Day, comédienne de la troupe de théâtre du collège de Valleyfield. Nous apprenons à nous connaître individuellement, à essayer de nouvelles choses, rencontrer de nouvelles personnes, etc. C’est l’âge d’une grande prise de liberté et de responsabilités. Même si notre société est de plus en plus à l’aise avec le sujet, l’anxiété est tout de même difficile à aborder quand elle est vécue, ce qui peut mener à des crises d’anxiété ou de panique ».

Le sujet des agressions sexuelles est fortement souligné à la fin de la pièce, lorsque les élèves crient à la foule de nombreux conseils naturellement donnés aux femmes pour éviter de se faire agresser dans les rues. « Étant une jeune femme qui habite seule, dès que je sors chez moi et qu’il fait noir, je suis sur mes gardes, partage Mme Day. Je prends plusieurs précautions, comme l’un des personnages de la pièce, car j’ai toujours cette peur. Même si je n’ai jamais été victime d’agression sexuelle, ma place dans la société m’oblige à avoir peur ».

Chienne(s) c’est un bon mélange de comédie et de drame. Une pièce qui porte à réfléchir.

Latest stories

D’un foyer à l’autre Le 3 avril 2024

The Gleaner

Le partage d’histoires, le 3 avril 2024

La caricature d’Eric Serre 3 avril 2024

Eric Serre

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp