The Gleaner
Nouvelles

Claude DeBellefeuille a un message pour le gouvernement fédéral 

Le 15 mars dernier, la députée de Salaberry-Suroît, Claude DeBellefeuille, a tenu une conférence de presse dans son bureau de Valleyfield. Accompagné de France Robert, directrice générale du Comité chômage du Haut Richelieu et du Suroît, elles ont dénoncé la crise tournant autour de l’assurance-emploi et ont demandé l’application de solutions rapides et efficaces pour y remédier.

« Nous avons des dossiers où des travailleurs sont en attente d’une réponse depuis 4, 5, voir 6 mois, déclarait Mme Robert. C’est inacceptable. Plus de 30 % des dossiers traités chez nous concernent des retards administratifs. Cela crée de la détresse chez plusieurs d’entre eux, ils sont obligés de recourir à la bonté des commerçants du coin ou de couper dans l’épicerie et de faire des choix qui aggravent leur précarité et leur isolement. Les travailleurs sont à bout de souffle en ce moment et plusieurs sont en détresse ».

Mme DeBellefeuille, elle, constate une forte augmentation de travailleurs en attente de leur première prestation d’assurance-emploi.

 

Two women (Politicians) sit at a table with a small Quebec flag, a glass of water and some papers and pens.
France Robert directrice générale du Comité chômage du Haut Richelieu et du Suroît à gauche sest jointe au député de Salaberry Suroît Claude DeBellefeuille pour demander des changements au programme fédéral dassurance emploi PHOTO Sarah Rennie

 

« Ces derniers temps, j’ai beaucoup plus de citoyens qu’à l’habitude qui m’appellent pour que l’on intervienne dans leur dossier d’assurance-emploi qui traîne depuis des mois, admet Mme DeBellefeuille. Mon bureau aide les gens à se dépêtrer dans les dédales administratifs, mais il ne s’agit pas de la situation optimale. Les travailleurs qui ont cotisé toute leur vie à l’assurance-emploi ont droit à un service de qualité. En début d’année, le fédéral avait eu l’audace de couper dans les heures de travail de 750 agents de service au Québec ! À la suite de pressions du Bloc Québécois, la décision a été renversée. Et pour cause : les citoyens n’ont pas à payer pour des retards induits par les délais de traitement ».

Mme DeBellefeuille et Mme Robert exigent une réforme immédiate du programme d’assurance-emploi, qui est promise par le gouvernement libéral depuis 2015.

« Il est plus que temps de passer de la parole aux actes, déclare la députée de Salaberry-Suroît. Que ce soit pour les mères victimes de discrimination par l’assurance-emploi, pour les travailleurs saisonniers oubliés et pour les travailleurs bénéficiant des prestations maladie, abandonnés trop tôt par le programme. L’ultime pression serait de voter contre un budget qui irait à l’encontre des intérêts des travailleurs québécois ». 

Le Bloc Québécois a d’ailleurs prévenu le gouvernement libéral que la mise en place de la réforme de l’assurance-emploi est une de ses demandes incontournables du prochain budget. (MNL)

Latest stories

Investissement de 800 000 $ pour les emplois d’été

The Gleaner

Crise de santé : le CISSSMO ferme des lits et demande au public d’éviter les urgences

Le gouvernement provincial finance le compostage dans trois municipalités du HSL

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp