The Gleaner
Nouvelles

Collecte des résidus domestiques dangereux dans le Haut-Saint-Laurent : un franc succès pour 2020

Iris Delagrange

La collecte des résidus domestiques dangereux (RDD) est une action importante pour les citoyens et pour l’environnement. Comme l’explique Émilie Escafit, coordonnatrice à la gestion des matières résiduelles à la MRC du Haut-Saint-Laurent, on peut reconnaître ces résidus de la manière suivante : Les RDD se retrouvent à la maison sous forme solide (pâteuse, visqueuse, en poudre), liquide ou gazeuse. Les RDD sont des restants de produits utilisés dans la cuisine, la salle de bain, le garage et le jardin.

On reconnaît un RDD à ses propriétés menaçantes pour la santé : inflammable, toxique, corrosif, explosif, comburant (permet la combustion d’un combustible) ou lixiviable (se dit surtout des solvants). On reconnait généralement les RDD par le ou les pictogrammes que l’on retrouve sur l’étiquette du produit.

Certains RDD ne portent pas ces pictogrammes. C’est le cas, par exemples, de la peinture, de l’huile usée, des piles, des lampes fluocompactes et des batteries automobiles. Il arrive aussi que des RDD ne soient plus dans leur contenant d’origine (vieux bidons).

 

Les bombes de peinture ne sont que lun des matériaux qui ont été collectés dans le cadre de la collecte des résidus domestiques dangereux RDD dans le Haut Saint Laurent PHOTO Pixabay

 

Chaque année, plusieurs collectes sont donc réalisées dans toute la région afin de permettre aux citoyens de venir déposer ces matières de manière sécuritaire. En 2020, trois collectes ont eu lieu (elles ont été retardées à cause de la situation sanitaire du COVID-19) soit le 29 août dernier à Saint-Anicet, le 19 septembre à Ormstown et le 10 octobre à Très-Saint-Sacrement, toute la journée de 8h30 à 16h.
Ces trois évènements ont été un franc succès avec plus de 625 voitures présentes en tout, soit 265 à Saint-Anicet, 245 à Ormstown et 115 à Très-Saint-Sacrement. Cette dernière, plus petite, s’explique peut-être par l’initiative de la municipalité de Howick d’effectuer du porte à porte chez ses résidents pour la collecte de pots de peinture, piles et autres.

Les résidents étaient donc présents en grand nombre afin de déposer leurs produits électroniques et informatiques, les petits et moyens électroménagers, bouteilles de gaz, batteries de voiture en plus des matières dangereuses classiques comme la peinture et les piles.

Ces collectes visent seulement le matériel provenant d’usage domestique. Les produits d’usages agricole, industriel et commercial, ainsi que les pneus et les médicaments, sont refusés.
Émilie Escafit précise également que : « Tous les produits électroniques recueillis lors des collectes seront pris en charge par le programme Recycler mes électroniques de l’ARPE-Québec (l’Association pour le recyclage des produits électroniques).

Le reste des matériaux ramassés seront recyclés ou traités de façon appropriée pour ne pas nuire à la santé et à l’environnement, ce qui n’est pas le cas s’ils sont jetés à la poubelle, dans les égouts ou directement dans la nature. »

À l’occasion de la Semaine québécoise de réduction des déchets, du 17 au 25 octobre, ARPE-Québec « souhaite sensibiliser la population à l’importance de recycler les vieux produits électroniques, et ce, de façon responsable pour l’environnement. »

Pour plus de renseignements sur les collectes et les produits acceptés et refusés, les citoyens des 13 municipalités de la MRC peuvent consulter le lien suivant : www.mrchsl.com/services/gestion-des-matieres-residuelles/rdd.

Latest stories

Des cyclistes s’aventurent sur les routes de la région

Départ de deux légendes

The Gleaner

Havelock s’apprête pour un scrutin cet automne

The Gleaner

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp