The Gleaner
Nouvelles

De grands changements à Huntingdon : des chaînes, de la croissance et du logement

« Avons-nous du travail en ce moment à l’hôtel de ville?  Bien sûr ! », s’exclame le maire de Huntingdon, André Brunette, en saluant plusieurs maisons en construction dans l’un des 14 projets de développement résidentiel en cours. Tous font partie d’un marché immobilier en plein essor; les projets devraient ajouter au moins 900 nouveaux visages à la communauté, qui comprend déjà un nombre important de nouveaux arrivants issus des centre urbains. À cela, on ajoute une augmentation parallèle du développement des affaires, et on pourrait dire que Huntingdon est en plein essor.

« La plupart sont déjà achetés », dit M. Brunette, en soulignant qu’il semblerait que les promoteurs et les entreprises de construction ne commenceraient pas la construction de nouveaux bâtiments avant qu’ils aient été vendus ou loués.  Selon lui, au moins 16 logements seront classés comme des logements « abordables » ou des logements sociaux, tandis qu’un autre projet sera axé sur la fourniture de logements aux personnes âgées. « Beaucoup de bâtiments commerciaux s’en viennent aussi », dit M. Brunette, qui confirme qu’un supermarché Maxi et un café Tim Hortons feront partie des nouvelles entreprises qui arriveront en ville.

 

Man standing on gravel road in with new construction on snow covered lots behind.
Le maire André Brunette indique quil y a 14 projets densemble résidentiel en cours qui permettront à au moins 900 nouveaux résidents de déménager à Huntingdon au cours des prochaines années PHOTO Sarah Rennie

 

« Cela change la dynamique de la ville, mais pas dans un mauvais sens », dit M. Brunette en référence aux développements, tout en faisant valoir que les ressources telles que l’eau ne deviendront pas problématiques à mesure que la ville se développera. Il souligne que l’administration a communiqué avec la Commission scolaire New Frontiers et le Centre de services scolaire de la Vallée-des-Tisserands (CSSVT) pour s’assurer que les écoles primaires pourront accueillir de nouveaux élèves. La CSSVT a confirmé en novembre qu’une demande avait été déposée pour augmenter le nombre de classes à l’école Notre-Dame.

« C’est beaucoup de travail », admet M. Brunette. « Le dernier boom immobilier s’est produit au début des années 1970, et je pense que la ville a besoin d’accueillir des nouveaux foyers. C’est un bon rythme ». Il insiste sur le fait que la ville se développe de façon responsable.  Les projets sont des ensembles résidentiels à usage mixte qui comprennent des maisons unifamiliales de plein pied ainsi que des résidences multifamiliales, des appartements de style condo, des maisons jumelées et des triplex.  

Le maire se dit particulièrement préoccupé par le fait que le marché immobilier surévalue les résidences actuelles et fait monter le prix des loyers. « Le logement s’est en quelque sorte calmé maintenant », dit-il, tout en reconnaissant que la demande vient surtout de l’extérieur de la région. À l’heure actuelle, les résidents viennent de toute la province, dont beaucoup des régions urbaines environnantes, y compris Valleyfield, Châteauguay et Beauharnois, mais aussi d’aussi loin que Toronto, Edmonton et Calgary. 

Rémi Pelletier, administrateur de la Corporation Développement Communautaire du Haut-Saint-Laurent (CDC), convient sans réserve que le rythme de développement n’est pas préoccupant. « Nous avons besoin de plus de portes ! », s’exclame-t-il, soulignant que la stratégie de densité de la ville est plus importante. Il admet que les prix de location sont au-delà de la fourchette d’abordabilité pour de nombreux résidents de la ville, mais ce qui le préoccupe davantage, c’est la préférence de la ville pour les promoteurs privés sur les initiatives communautaires. « Nous aimerions voir un meilleur équilibre entre les entreprises privées et la collectivité », dit-il, soulignant que les organismes locaux qui investissent dans le logement abordable espèrent que la ville viendra frapper à la porte.

Budget et dépenses 2023

La Ville de Huntingdon a approuvé un budget équilibré, avec des dépenses prévues d’environ 5,15 millions de dollars pour 2023.  « Nous avons vraiment pris notre temps pour faire ce budget », dit M. Brunette, expliquant que le conseil a pris soin de tenir compte de l’inflation. « Nous avons réduit les impôts fonciers et maintenu les impôts sur les services au même taux que l’an dernier », a-t-il déclaré, soulignant que ce sera la dixième année consécutive que les taux d’imposition seront gelés. « C’est un record au Québec ! », s’exclame-t-il.

Certaines des dépenses sont directement liées aux projets de développement en cours et aux dépenses d’infrastructure nécessaire pour accueillir les nouveaux résidents. Toutefois, la dépense la plus importante pour 2023 est un projet d’infrastructure de 1,8 million de dollars visant à remplacer le réseau d’aqueduc de la rue Hunter.

M. Brunette affirme que, que ce soit pour le soutien des nouveaux arrivants ou celui des résidents de longue date, il est particulièrement fier de l’héritage que lui et le conseil municipal actuel construisent. « J’aime ce que je fais. J’ai les meilleurs administrateurs, et le conseil d’administration est tout à fait d’accord, dit-il. Cela rend mon travail beaucoup plus facile ».

Latest stories

La grippe aviaire se répand chez les bovins

Franklin : les révélations du rapport d’audit

Un demi-million pour la vitalisation de la région

The Gleaner

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp