The Gleaner
Art de vivre Art de vivre

De la terre au verre : entre cidres et alcools forts

La vocation première de Loïc Chanut, œnologue d’origine Française et installé au Québec depuis 2003, et de sa conjointe Michelle Boyer lorsqu’ils ont créé l’entreprise Franklinoise Entre Pierre et Terre était de se concentrer sur les produits de type cidre : une boisson alcoolisée titrant généralement entre 2 % vol. et 8 % vol. d’alcool, obtenue à partir de la fermentation du jus de pomme et que les consommateurs dégustent sous plusieurs formes (pommes, poires, cidre de glace, etc).

« Nous transformons 100% des fruits que nous produisons. Les variétés introduites sont résistantes aux maladies et insectes, » raconte Chanut. Avant d’atterrir dans la belle province, l’entrepreneur a travaillé dans divers domaines viticoles en France (Champagne, Alsace, Bordeaux, Languedoc Roussillon) et comme sommelier acheteur à Paris.

 

L’œnologue Loïc Chanut, co-propriétaire de Entre Pierre et Terre, le nez dans les pommiers. PHOTO Courtoisie de Loïc Chanut

 

En 2018, les deux conjoints et co-propriétaires de la cidrerie ont acheté un alambic Allemand et ont commencé à créer d’autres produits alcoolisés plus forts après avoir obtenu un second permis artisanal émis par la Régie des Alcools du Québec. Chanut et Boyer ont donc découvert une nouvelle passion : celle de la distillation. L’œnologue raconte que c’est « une façon de se diversifier et d’être opportuniste dans un marché en pleine expansion, mais aussi de survaloriser les produits de notre verger : la poire et la pomme. »

Dans la petite boutique de la cidrerie, qui est gérée principalement par Boyer, on peut donc trouver les cidres classiques qui ont fait le succès de l’entreprise mais aussi des spiritueux : crème de pomme, gin du verger, brandy de pommes et vermouth, ou encore mistelle de poire. (Fermenté avec de l’eau de vie de poires québécoises, la mistelle de poires est caractérisée par une robe de couleur cuivrée tirant des reflets orangé et tuilé. Il a un nez chaleureux de poires à l’eau de vie, notes de torréfaction, de pain d’épice, avec une belle longueur.).

« Nous développons également depuis deux ans une gamme d’inspiration éphémère (l’inspiration du moment) de poirés et cidres natures, des pétillants naturels issus de barriques uniques, » explique Chanut. L’entreprise ne compte pas « croitre » au sens propre du terme (expansion) mais plutôt à renforcer son image de marque actuelle qui est déjà très forte. Les alcools produits par Entre Pierre et Terre sont très populaires dans la région et ailleurs dans la province (on peut les acheter directement au producteur ou à la SAQ).

 

Latest stories

La caricature d’Eric Serre 18 mai 2022

Eric Serre

Photo de la semaine 18 mai 2022

The Gleaner

Jean-Pierre Mack, auteur-courage, lance son livre grâce au Centre de Formation de Huntingdon

Iris Delagrange

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Vous pouvez profiter de 4 articles par mois gratuitement, mais si vous êtes affamés de nouvelles de la région , nous vous encourageons à "acheter local" et aider à soutenir votre source de nouvelles locales.

Notre communauté, notre journal !

Recevez l'édition imprimée par courrier  (accès numérique complet inclus)

pour seulement 60 $ par an.

L'accès numérique seul ne coûte que 40 $ par an.