The Gleaner
Art de vivreHistoire locale

En provenance des archives de la Société Historique de Saint-Anicet 8 juin 2022

 

En provenance des archives de la Société Historique de Saint-Anicet: Hotel Dupuis

Forgeron de son métier, Louis Dupuis (1850-1917), construit sa boutique de forge à Cazaville sur un terrain aujourd’hui le 3105, chemin de la Rivière-La Guerre. Après avoir obtenu une licence d’hôtel en 1887, cet établissement abrita un magasin général puis une épicerie jusqu’en 2000. La photo représente l’hôtel Dupuis vers 1900. Sur le balcon, on aperçoit Émilie Leblanc (épouse de Louis) et ses trois filles : Maria, Marie-Louise et Amanda. Louis Dupuis se trouve en bas, à droite de la colonne. Photo tirée du livre de Jean-Marie Latreille. Denis Latreille, marchand général et beaucoup plus…!.

 

En provenance des archives de la Société Historique de Saint-Anicet: Lake Saint-François

Bien que Saint-Anicet ait été, et est encore, une municipalité principalement agricole, le lac Saint-François a toujours été au cœur de son histoire. Il a d’abord été la principale voie de colonisation, puis il a été un terrain de chasse et de pêche, source de subsistance pour les riverains. Il est devenu, depuis plus d’un siècle, un lieu de villégiature. La photo représente un après-midi de baignade près du quai public de Saint-Anicet vers 1940. Cet emplacement deviendra la plage Pilon, laquelle est toujours très populaire les fins de semaines chaudes de l’été. Collection Gilbert Dancause.

 

Latest stories

C’est l’heure de cueillir des bleuets !

Callan Forrester

D’un foyer à l’autre 13 juillet, 2022

The Gleaner

La caricature d’Eric Serre 13 juillet, 2022

Eric Serre

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !