The Gleaner
Nouvelles

Encore des décharges à Franklin

Plusieurs citoyens inquiets ont signalé l’existence d’un nouveau site de décharge dans une ferme située sur le chemin Grimshaw, qui reçoit des tonnes de matériaux provenant de longues files de très gros camions. Franklin a envoyé un inspecteur sur le site où, une fois de plus, il a été établi qu’aucun permis n’avait été obtenu. Le déversement a cessé pour l’instant. Cependant, sur le site sensible du Rang Dumas, non loin de là, le déversement a été autorisé à reprendre après que les tests de la municipalité ont révélé que les matériaux étaient principalement des remblais propres, avec « seulement 8 à 10 pour cent de briques et de béton cassés », selon le directeur général de Franklin, Simon St-Michel. Bien que ce site se trouve sur le territoire de Franklin, des tests supplémentaires ont été effectués par Ormstown, puisque la zone n’est pas loin des puits de la ville. Ces tests comprennent l’analyse de l’eau sous-jacente du site et des zones plus profondes du nouveau matériel.

Pendant ce temps, sur le chemin Grimshaw, au cours de la semaine du 9 septembre, de très lourds camions doubles arborant le logo d’une grande entreprise d’excavation et de construction étaient alignés – avec pas moins de 15 à 20 camions par jour entrant sur le site.

Lors de la réunion du conseil municipal de Franklin du lundi 12 septembre, présidée par Mark Blair (le maire Yves Metras étant absent), on a demandé au conseil pourquoi Franklin semble être le point central de cette activité. Le conseiller Eric Payette a fait remarquer qu’il y a aussi des décharges dans d’autres villes, comme Saint-Constant, et que plusieurs régions de notre MRC reçoivent aussi beaucoup de ces remblais inconnus, même si la quantité semble moindre.

M. Blair a annoncé qu’un nouveau règlement, permettant à la municipalité de facturer aux propriétaires de terrains recevant des décharges illégales entre 500 et 2 000 dollars par jour, est entré en vigueur le 15 septembre. Des amendes moins élevées avaient déjà été émises à Franklin pour des décharges illégales, mais elles n’avaient pas semblé dissuader les propriétaires de poursuivre cette activité. Les nouveaux montants seront doublés pour les récidivistes ; tous les détails sont disponibles sur le site web de Franklin. Les frais juridiques et autres frais encourus par la ville seront intégrés aux amendes.

Quant aux tests effectués par Ormstown sur le site de Rang Dumas, la mairesse d’Ormstown, Christine McAleer, déclare : « Nous attendons les résultats pour comparer les différentes séries de tests ». Elle dit avoir le sentiment que les propriétaires fonciers doivent être informés de toute urgence pour savoir si le remblai qu’ils autorisent sur leur propriété personnelle est dangereux ou non. « Ils pourraient faire confiance aux documents que leur fournit l’entreprise de déversement », sans se rendre compte que ce ne sont pas ces compagnies mais bien les propriétaires fonciers qui seront tenus responsables en vertu de la loi. Les coûts élevés de l’enlèvement des matériaux contaminés et de la restauration des zones humides détruites, ainsi que les amendes et les frais de justice, seront tous à la charge des propriétaires fonciers.

 

Un écoulement d’une portée considérable

L’aquifère qui alimente tous les habitants de la MRC, dont la recharge se trouve sous le « Rocher », sur la route 201 entre Franklin et Saint-Chrysostome, est le plus important de la région. Elle alimente non seulement l’eau de la ville et les puits privés, mais aussi toute l’économie agricole.

« Nous pensons à la situation de Mercier », dit Mme McAleer. Près de 50 ans plus tard, les contribuables paient encore des millions pour tenter de remédier à cette catastrophe toxique. Ayant fait la comparaison, le maire d’Ormstown déclare que « les gens pensent que l’eau de leurs puits est en quelque sorte séparée de l’eau des puits situés à des kilomètres de là, [mais] il y a la possibilité de contaminer bien plus qu’un seul puits – ils se déversent tous les uns dans les autres » !

Le conseil municipal de Franklin défend sa position sur le site de Rang Dumas, car il a jugé le remblai acceptable. Cependant, des études du gouvernement provincial révèlent que même un remblai « propre » déversé sur une recharge d’aquifère entrave la capacité de l’aquifère à recevoir et à stocker l’eau. Lorsque la roche poreuse et les terres humides sont recouvertes de remblai – déjà à une profondeur de plusieurs mètres sur la route 201 – la pluie ne peut pas ruisseler à travers la roche pour réapprovisionner l’approvisionnement en eau de la région. Cela signifie que la vague actuelle de déversements menace potentiellement non seulement la qualité de l’eau, mais aussi sa quantité.

Il existe une nouvelle réglementation, annoncée en 2018, qui était censée permettre de suivre les déchets de construction à mesure qu’ils sortent de Montréal et d’autres zones urbaines, obligeant les entreprises à les transporter vers des sites approuvés. Mais cette loi semble n’avoir jamais été appliquée, vu le nombre de camions-bennes que l’on voit encore dans les zones rurales entourant la ville. « Comment une ville de 4 000 habitants peut-elle se permettre d’avoir le personnel et les ressources nécessaires pour suivre cette activité ? » demande Mme McAleer, ajoutant qu’elle estime que la situation devrait être un enjeu électoral.

Un géographe à la retraite, William Hansen, qui a aidé à rassembler du matériel pour un projet de McGill sur le bassin versant de la vallée de la Châteauguay et son aquifère, affirme que, par rapport à Mercier, « nous avons des conditions de base similaires… Des toxines sérieuses et connues qui dépassent les niveaux “admissibles” ont été déversées sur la zone de recharge poreuse d’un aquifère fournissant de l’eau propre à une importante population urbaine [et rurale] ».

M. Hansen ajoute : « Cinquante ans après l’affaire Mercier, le Ministère de l’environnement n’est toujours pas capable de faire les choses correctement, d’agir avec empressement ou d’arrêter de manière proactive ce genre de crime environnemental… Les déchets déversés doivent être retirés et mis dans un site de déchets toxiques réglementé par la province, et non pas escamotés par d’autres règlements ineptes ».

Latest stories

Le CSN tire la sonnette d’alarme sur les conditions de travail des ambulanciers de Huntingdon

The Gleaner

La MRC prend des mesures pour limiter les décharges illégales

Rapport du DEPIM : Dundee traverse la tempête

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !