The Gleaner
Nouvelles

Fermeture du chemin Roxham : on craint pour la sécurité des migrants

« Les gens ressentent de la tristesse, de la frustration, de la colère et de la trahison. Nous traversons actuellement tout un processus de deuil », a déclaré Frances Ravensbergen de Créons des Ponts, une organisation basée à Hemmingford qui est solidaire de ceux qui entrent au Canada au chemin Roxham. 

L’année dernière, plus de 40 000 personnes sont entrées au Canada de manière irrégulière en empruntant le court sentier battu qui relie le Canada et les États-Unis au bout du chemin Roxham. Environ 5 000 personnes ont franchi ce point d’entrée au cours du seul mois de janvier de cette année. Ce point d’entrée non officiel, qui a servi pendant des années de repère aux demandeurs d’asile, a été fermé subitement le 24 mars à minuit.

Le Premier ministre Trudeau avait annoncé plus tôt dans la journée que le Canada appliquerait désormais l’Entente sur les tiers pays sûrs (ETPS) aux demandeurs d’asile qui traversent entre les points d’entrée officiels. Un nouveau panneau a été dévoilé au point de passage irrégulier, et la police et les fonctionnaires des frontières ont commencé à appliquer le changement pendant la nuit.

Le lendemain matin, Mme Ravensbergen est allée sur place pour regarder les personnes qui continuaient à entrer au Canada par le chemin Roxham. Elle dit qu’elle était présente par solidarité, mais qu’elle n’a rien pu dire. « Cela m’a laissé un sentiment terrible », admet-elle, sachant que les demandeurs d’asile désespérés continueront à passer par des voies de plus en plus dangereuses.

Ceux qui ont continué à traverser au chemin Roxham dans les jours qui ont suivi sa fermeture ont été arrêtés et emmenés au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle, où leur situation a été évaluée afin de déterminer s’ils répondaient à l’une des quatre exceptions au ETPS. Les personnes dont un membre de la famille immédiate a un statut légal au Canada, les mineurs non accompagnés, les personnes titulaires d’un visa canadien ou d’un permis de travail, ou les personnes dont le cas serait dans l’intérêt du public, ont pu faire entendre leur demande. Les personnes ne répondant pas aux critères se sont vu refuser l’asile et ont été renvoyées aux autorités douanières américaines.

Le 29 mars, le point d’entrée du chemin Roxham était calme. Deux agents de la Gendarmerie royale canadienne ont confirmé qu’aucun passage n’avait eu lieu depuis le début de la semaine. L’un d’entre eux a déclaré que le site servait désormais à informer ceux qui espéraient demander l’asile, au fur et à mesure que la nouvelle se répandait à travers les réseaux. Il a précisé que les demandeurs d’asile sont transportés directement de Plattsburgh au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle, puisqu’il n’y a plus d’intérêt à arriver au chemin Roxham.

Choqués et coincés

Selon Mme Ravensbergen, le fait que les personnes arrivant à la frontière ne soient pas informées des conséquences potentielles constitue une préoccupation majeure. « S’ils sont renvoyés, ils ne pourront plus jamais demander l’asile au Canada », explique-t-elle, précisant qu’il faudra du temps pour que la nouvelle se répande et qu’entre-temps, les migrants continueront probablement à affluer. 

Wendy Ayotte, qui est également membre de Créons des Ponts, s’est rendue à la gare de bus de Plattsburgh le 30 mars, où, selon elle, les gens continuent d’arriver. Elle a rencontré une vingtaine de personnes, dont certaines avaient prévu de traverser au chemin Roxham et d’autres s’étaient déjà vu refuser l’entrée au Canada. 

« Les personnes présentes à la gare routière étaient stupéfaites et choquées. Certains ont pu exprimer leur profonde détresse, leur perplexité et leur colère d’avoir été refusés par le Canada, le pays qu’ils considéraient comme un endroit sûr pour eux et, pour la plupart, leur dernier port d’escale », rapporte-t-elle. Nombre d’entre eux n’avaient pas d’argent et essayaient de trouver un endroit où rester et de décider de la suite de leur parcours. Créons des Ponts a payé la nourriture et les boissons pour ceux qui attendaient, ainsi que les billets de bus pour certains. Mme Ayotte a aidé à trouver un hôtel pour d’autres, avec l’aide du département local des services sociaux. 

 

Gravel Road
Le 29 mars le poste frontalier irrégulier du chemin Roxham autrefois très fréquenté est désormais calme à la suite des modifications apportées à lEntente sur les tiers pays sûrs qui ont entraîné la fermeture du point dentrée au Canada PHOTO Sarah Rennie

 

« Nous n’avions aucun moyen de savoir ce qui allait se passer », déclare Mme Ayotte au sujet de la décision du gouvernement de fermer le chemin Roxham. C’est particulièrement frustrant d’apprendre que les autorités canadiennes et américaines s’étaient entendues sur les modifications à apporter à l’ETPS il y a près d’un an, mais qu’elles ont gardé le silence afin d’éviter une ruée vers la frontière. « Nous n’étions pas préparés pour cette rapidité. Nous pensions avoir plus de temps », déclare Mme Ayotte, qui admet que son séjour à la gare de Plattsburgh a été chaotique, car elle a été rapidement identifiée comme une personne susceptible d’apporter de l’aide aux gens dans le besoin. 

« Personne n’a encore pris les choses en main », dit-elle, déplorant que ni le gouvernement canadien ni le gouvernement américain ne semblent avoir investi des ressources pour aider les migrants qui sont maintenant bloqués. Elle affirme que Créons des Ponts continuera à jouer un rôle important dans la défense des migrants. Son site web, qui reçoit déjà beaucoup de visites, a été mis à jour et continuera à servir de source d’information pour ceux qui cherchent à venir au Canada. 

Un changement soudain et dévastateur 

Tanya Aberman, diplômée de l’école secondaire Chateauguay Valley Regional et cofondatrice du Sanctuary Students Solidarity and Support Collective (S4) à Toronto, travaille depuis longtemps au nom des personnes ayant un statut précaire au Canada, y compris plusieurs personnes qui ont traversé au chemin Roxham. Elle explique que les membres de la communauté de solidarité ont peur de ce que cette modification de l’ETPS pourrait signifier pour les migrants. « Les gens n’arrêteront pas de venir, ils trouveront simplement des itinéraires plus dangereux », dit-elle. 

Mme Aberman comprend que le nombre de personnes qui traversent le Canada crée une pression financière, « mais le gouvernement crée une situation beaucoup plus violente et dangereuse », dit-elle, soulignant que les gens pourraient maintenant se tourner vers des trafiquants, et devront éviter la détection par la police frontalière – pendant au moins 14 jours – s’ils entrent au pays avant de pouvoir demander l’asile. « C’est très cruel, et nous ne savons pas ce qui se passe lorsqu’ils sont refusés », dit-elle, soulignant qu’elle a entendu des histoires d’horreur au sujet des douaniers américains et sur des personnes détenues ou expulsées avant que leur situation ne soit correctement évaluée. 

Le changement soudain des règles est dévastateur, affirme Mme Aberman, qui note que le taux d’acceptation des demandes de statut de réfugié déposées par les personnes traversant à Roxham est plutôt élevé, indiquant que leurs démarches seraient légitimes pour la plupart. « Ils traversent là parce qu’ils ne sont pas autorisés à le faire ailleurs, explique-t-elle. Il s’agit de personnes confrontées à la violence, au danger et à la persécution, qui n’ont pas d’autre choix ».

Comment nous traitons « les autres »

Evelyne Bouchard, résidente de Hemmingford, à environ deux kilomètres du chemin Roxham, explique qu’en raison de la proximité géographique de la frontière, des personnes ont traversé sur sa ferme. Elle explique qu’il n’est pas rare de voir des empreintes de pas dans la forêt ou de trouver des vêtements. Ce n’était donc pas trop surprenant le 25 mars lorsque des agents de la GRC l’ont informée qu’ils fouillaient sa propriété à la recherche de migrants ayant traversé la frontière de manière irrégulière dans la forêt. Peu après, elle a vu une famille de quatre personnes, dont deux jeunes enfants, être escortée jusqu’à un véhicule de la GRC.

« J’ai pris du recul et j’ai réalisé à quel point nous nous étions habitués à cette situation », explique Mme Bouchard, qui précise que ce n’est pas la première fois qu’elle assiste à une arrestation dans son entrée. « On veut aider. On se sent impuissant. On ne sait même pas ce qu’on a le droit de faire ». Elle ajoute qu’il est particulièrement bouleversant que tout cela se produise dans un endroit qui est si profondément le sien et celui de sa famille. « C’est vraiment difficile de voir des gens souffrir et lutter dans ce même espace », admet-elle. 

« Roxham a attiré l’attention sur la géographie des lieux, s’exclame Mme Bouchard. Et maintenant, nous n’avons que l’attention, sans le passage sécurisé. Si la fermeture du chemin Roxham a un côté positif, elle espère que ce sera de « galvaniser une conversation importante sur qui nous sommes et comment nous traitons les autres ». 

Latest stories

Appel à tous les chercheurs d’emploi !

Nouvelles du CSSVT

The Gleaner

Rapport de police: Des fraudeurs arrêtés à Valleyfield

The Gleaner

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp