The Gleaner
Nouvelles

La Bouffe Additionnelle profite pleinement de son nouvel espace

Traduit par Ian Ward

Les accords incomparables de la 5e symphonie de Beethoven résonnent quand on sonne le carillon de La Bouffe Additionnelle à Huntingdon. Ce n’est qu’une des nombreuses nouveautés de la banque alimentaire depuis son déménagement en juin dans ses nouveaux locaux de la rue Lorne.

« Au départ, nous voulions acheter un local, mais lorsque la ville nous a proposé ce local, c’était plus que ce à quoi on s’attendait », explique la directrice Carol Ricard. Elle admet que Huntingdon a vraiment aidé l’organisation, qui a passé ses 18 dernières années dans un espace exigu sur la rue Prince.

 

Une femme se tient devant une auberge de table en acier inoxydable devant plusieurs étagères remplies de nombreux types d'aliments non périssables
Carol Ricard, directrice de La Bouffe Additionnelle, est heureuse du nouvel emplacement de l’organisme à Huntingdon PHOTO Sarah Rennie



L’organisme, qui offre de l’aide alimentaire et du soutien aux résidents du Haut-Saint-Laurent, occupe maintenant l’espace situé à côté de la Petite bibliothèque verte qui abritait auparavant la Friperie Communautaire de Huntingdon.

Mme Ricard affirme que si le déménagement a été difficile, une grande partie du travail étant effectuée par elle-même et deux employés, elle et son équipe sont beaucoup plus heureuses dans le nouvel espace. « Nous sommes en train de nous installer », ajoute-t-elle, soulignant que l’espace est beaucoup plus lumineux et accueillant.

Avec un peu moins de 4 000 pieds carrés, l’espace de travail passe presque du simple au double, et comprend une section libre-service avec deux congélateurs qui contiennent des repas surgelés confectionnés par La Tablée des Chefs et des fruits et légumes transformés par Les Complices Alimentaires. Il y a également de la place pour un réfrigérateur et des bacs de fruits et légumes frais.

Le local comprend également un grand espace avec des tablettes de nourriture, ainsi que des espaces de stockage, de travail et de bureau. La ville s’est occupée de la peinture et a réalisé le revêtement de sol. Un espace d’accueil avec un canapé et des chaises a également été installé. « On aimerait que l’endroit soit plus accueillant », explique Mme Ricard, qui souligne que les clients sont également satisfaits de l’espace.

« Nous recevons beaucoup de nouvelles personnes », ajoute Mme Ricard, qui laisse entendre que la forte augmentation des dépenses, y compris l’épicerie, signifie qu’un plus grand nombre de personnes se sont tournées vers eux au cours des six derniers mois pour obtenir de l’aide. Elle s’attend à ce que la demande augmente à nouveau en septembre avec la rentrée des classes et les dépenses supplémentaires qui en découlent.

Latest stories

Ormstown adopte un règlement pour encadrer l’utilisation des pesticides dans le village

Sarah Rennie

Un incendie détruit le restaurant Express 57 d’Ormstown; Des campagnes sont en cours pour aider le restaurant à retrouver sa gloire d’antan

Sarah Rennie

Le Gleaner se qualifie pour une bonne douzaine de prix

The Gleaner

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !