The Gleaner
Art de vivreArt de vivre

La magie du cinéma d’animation

Alain Boisvert, cinéaste, réalisateur, marionnettiste et résident de Huntingdon a toujours eu intérêt pour le cinéma d’animation. Passionné et inspiré par l’art, il prend plaisir à créer et à relever des défis de réalisations et de conceptions.

« Lorsque j’étais jeune, je réalisais des films danimation en stop motion avec une caméra super 8, partage l’artiste. Plus tard, jai fait mon premier film en stop motion lors dun stage à lOffice national du film grâce à un programme qui sappelait Aide et formation. Après ce premier projet, je me suis intéressé aux marionnettes et jai fondé, avec Cristina Corno, l’entreprise Le Matou Noir, situé à Huntingdon ».

Lorsqu’on lui demande sa forme de cinéma favorite, M. Boisvert répond qu’il préfère particulièrement « le cinéma documentaire, d’art et d’animation », en soulignant que ce dernier reste l’aspect fondamental de son travail.

Timbré

Pour ajouter à sa collection de projets, M. Boisvert a annoncé, en janvier dernier, la sortie de son nouveau film d’animation intitulé Timbré complètement réalisé à l’aide de timbres.

« Timbrée a été inspirée par la collection de timbres de mon père et par les publicités des voyagistes qui proposent des visites dans différents pays à un rythme absurde, commente le cinéaste. Comme je désirais faire visiter le Canada en 7 jours, ce qui est déjà absurde, j’ai pensé utiliser les timbres du Canada, car on y retrouve de tout : sciences, histoires, personnages, paysages, etc. » Il ajoute également que pour lui, la richesse et la variété graphique des timbres, grâce à de nombreux artistes, étaient une autre source d’inspiration et que le film reconnaît cette contribution à notre patrimoine visuel du Canada.

 

Personnage du film danimation Timbrée réalisé par Alain Boisvert PHOTO Alain Boisvert

 

Bien sûr, la réalisation d’un film ne se fait pas en criants ciseaux, encore moins celle d’un film d’animation de genre « stop-motion ». Chaque processus est différent pour chaque film. « Pour Timbrée, cela a pris presque 2 ans, allant de l’idée à la présentation, explique le réalisateur. Si je devais résumer mes étapes, ce seraient : idée, développement, schématisation écrite du récit, déroulement, scénarimage, conception des personnages et décors, essais, validation, peaufinage, tournage des premiers plans, réflexion sur la musique, bande sonore, montage, coloration et montage final, musique et bande sonore ».

M. Boisvert tient particulièrement à souligner que ce film n’aurait pas pu être possible sans la grande aide de la bourse du Conseil des Arts du Canada et sans l’équipement disponible pour l’animation et le montage au Matou Noir.

Le film Timbrée sera proposé à plusieurs festivals et est présentement disponible en ligne pour tous.

Pour plus d’informations sur Alain Boisvert et ses projets, visitez son site internet : https://www.lematounoir.qc.ca/ 

Latest stories

D’un foyer à l’autre Le 3 avril 2024

The Gleaner

Le partage d’histoires, le 3 avril 2024

La caricature d’Eric Serre 3 avril 2024

Eric Serre

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp