The Gleaner
Art de vivreLe partage d'histoires

Le partage d’histoires, le 15 mai 2024

Histoire racontée par Nick Huard.
Édition : Aaron McComber, journaliste dans le cadre de l’Initiative de journalisme local.
Traduction : Karonhí:io Delaronde

Échapper aux coups

J’ai fréquenté un pensionnat à Jonquière; enfin, ce n’était pas un pensionnat à proprement parler, mais plutôt un séminaire où des jeunes caucasiens étudiaient pour devenir prêtres.

C’est de cette manière que les Québécois évitaient la guerre à l’époque, en devenant membres du clergé. Il y avait donc beaucoup d’enfants plus vieux qui nous considéraient comme des sauvages.

Un jour, les enfants blancs se sont munis de sarbacanes et, évidemment, nous avons été pris pour cible.

Mes amis, Pete et Ti-Bert, et moi-même avons trouvé refuge dans la grange. Nous savions que si nous sortions, nous allions être attaqués; nous devions donc riposter.

Il y avait un poêle à bois dans la grange, à côté duquel se trouvaient des piles de bois, et c’est là que nous avons trouvé de l’écorce de bouleau.

 

Une vue aérienne du Collège classique de Jonquière dirigé par les Frères du Sacré Coeur vers 1961 1962 En juillet 1967 le Cégep de Jonquière a pris possession de lédifice Nick a travaillé sur les terrains du séminaire de lâge de six ans jusquau moment de sa fuite à lâge de treize ans PHOTO gracieuseté du Cégep de Jonquière

 

Nous avons roulé l’écorce de bouleau; nous n’avions plus qu’à trouver des munitions. Tout ce que nous avons pu trouver, ce sont de petites araignées qui se promenaient partout dans la grange. Nous avons attiré ces araignées dans le tube que nous avions fabriqué avec l’écorce de bouleau et nous les avons projetées sur les enfants blancs.

Disons que la bataille s’est terminée très vite.

Ti-bert et Pete étaient mes deux amis, là-bas, au pensionnat.

Lorsqu’il dormait, Ti-bert avait l’habitude de rêver à voix haute en mi’kmaq, qu’ils appelaient là-bas la langue du diable; si une personne s’exprimait en mi’kmaq, ou même en anglais, elle était battue.

Chaque nuit, Ti-bert s’ennuyait de sa grand-mère et rêvait d’elle. Alors évidemment, il parlait dans son sommeil dans sa langue maternelle, car sa grand-mère ne parlait ni français ni anglais.

Les prêtres le guettaient.

La nuit, dès qu’il commençait à parler, ils le saisissaient, l’emmenaient dehors et le rouaient de coups.

 

Une représentation ancienne de la propriété du Collège classique de Jonquière lun des sites où des gestes de violence ont été posés PHOTO gracieuseté du Cégep de Jonquière

 

Le lendemain, son visage était couvert d’ecchymoses, il ne pouvait même pas ouvrir les yeux et ses lèvres étaient tellement enflées qu’il ne pouvait même plus parler en mi’kmaq.

C’est la dernière fois que j’ai vu Ti-bert. Ils nous ont raconté qu’ils l’avaient envoyé sur la route parce qu’il ne voulait pas être docile, mais en réalité, ils l’avaient battu à mort.

Quand on a six ans, le fait de ne pas avoir quelqu’un pour veiller sur soi est une très grande menace.

J’ai attendu d’avoir treize ans pour faire ma première fugue. À cet âge-là, j’étais plus grand et en meilleure forme.

Toutefois, je me suis fait attraper parce que j’ai pris la route plutôt que de passer par la forêt. Ils m’ont trouvé et j’ai été battu sans ménagement.

 

Nick Huard âgé de 26 ans travaillant à Montréal PHOTO gracieuseté de Nick Huard

 

Lorsque j’ai pris du mieux, j’ai retrouvé Pete et je lui ai dit : « Pete, je repars. Viens-tu avec moi » ?

Puisqu’il avait peur, sa réponse a été : « Non, je ne veux pas être battu comme tu l’as été ».

Je suis donc parti seul, mais je suis passé par les bois. Une fois dans la brousse, j’ai rencontré une voie ferrée. Je savais dans quelle direction était le sud, alors j’ai attendu qu’un train passe, j’ai couru et j’ai grimpé à bord du train de marchandises.

Le train m’a emmené jusqu’à New York.

Je n’ai plus jamais revu Ti-bert et Pete.

Latest stories

Un rodéo à guichets fermés ouvre la saison à Ormstown

La caricature d’Eric Serre 15 mai 2024

Eric Serre

D’un foyer à l’autre Le 15 mai 2024

The Gleaner

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp