The Gleaner
Art de vivreArt de vivre

Le retour de Casse-Noisette

Une tradition qui renait habituellement aux deux ans, les élèves de l’École de danse Neva Shelton ont enfin eu l’honneur de nous présenter le populaire ballet du temps des fêtes : Casse-Noisette. L’année 2022 était particulière pour Mme Shelton et son équipe, puisque celle-ci marquait leur retour depuis la pandémie. En effet, malgré leur détermination à performer en décembre 2021, la représentation fut tout de même annulée dû aux restrictions de la COVID-19. 

 

Six adults standing in a line in front of a banner in a room.
Le fabuleux spectacle de Casse Noisette un grand succès pour les jeunes danseuses et aussi pour léquipe de lÉcole de danse Neva Shelton PHOTOS Sarah Rennie

 

En janvier 2022, Mme Shelton entreprit un arrêt de travail, dû à des problèmes de santé, mais grâce à une grande aide de la part de ses professeurs dévoués à leur école, les cours ont tout de même pu continuer comme prévu.  « Au début, il n’y avait pas beaucoup d’élèves, puisque les gens étaient encore inquiets face à la COVID-19 », explique Mme Shelton. « Puis, en septembre, nous avons eu une foulée d’inscription, en particulier du côté des plus jeunes, puisque la maladie n’inquiétait plus autant les gens ».

 

Initialement, la représentation de 2022 devait se faire en juin, cependant en raison de conflits d’horaire, les professeurs n’étaient pas en mesure à la fois d’enseigner et d’assister à leurs cours à l’université.

En route vers le spectacle

La course vers la représentation finale n’aura pas été facile cette année. Mme Shelton et son équipe ont dû travailler fort et affronter quelques embûches pour y parvenir.

Commençant avec l’attribution de certains rôles, la blessure à la cheville d’un élève et le manque de remplaçants.  La règle la plus importante cette année était :«  Ne tombez pas malade et ne faites rien de dangereux avant le spectacle », plaisante Mme Shelton. Quelque temps après, une autre embuche s’installe pour la propriétaire de l’école, elle attrape malheureusement la COVID-19 et doit retourner en arrêt de travail.

Entourée d’étudiants ayant dansé avec elle depuis leur tout jeune âge ainsi que d’une famille en or, Mme Shelton a tout de suite reçu un soutien énorme et tous se sont activés de leur côté pour faire avancer les choses. Ayant une bonne connaissance des forces de ses professeurs, elle leur désigna à chacun un groupe composé de plus jeunes élèves, afin de leur apprendre les différentes chorégraphies. À sa remise sur pied, Mme Shelton a mis les bouchés doubles avec des répétitions de 5 à 6 heures avec les élèves plus avancées.  

«  Cette année, je n’étais pas aussi organisée que les années précédentes », raconte Mme Shelton. Elle nous explique qu’elle a dû prendre sous son aile certaines tâche dont elle n’avait pas l’habitude de s’occuper auparavant, mais qu’au final elle a su relever le défi.

La Magie du Spectacle

Finalement, le 29 décembre dernier au centre de spectacle Valspec à Valleyfield, avait lieu la représentation finale de Casse-Noisette. Le spectacle fut magique et impressionnant. Chansons, costumes et ambiance, chaque numéro laissait comme souvenir, un sourire sur les lèvres et des étoiles dans les yeux. «  Le résultat final était magnifique et je n’aurais jamais pu y arriver sans tout le soutien autour de moi et particulièrement sans ma famille », dit Mme Shelton.

 

Encore une fois, bravo à toute l’équipe de L’École de danse Neva Shelton. En espérant que cette belle tradition dure encore longtemps.

Latest stories

La caricature d’Eric Serre 25 janvier 2023

Eric Serre

D’un foyer à l’autre, le 25 janvier

The Gleaner

Un Pain-Couvert à découvrir !

Marie Nirva Louis

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !