The Gleaner
Art de vivreLe partage d'histoires

L’École de Survie de Kahnawake

Histoire racontée par Joe Deom.
Rédaction : Melissa Stacey, journaliste dans le cadre de l’Initiative de journalisme local.
Traduction : Sahawisó:ko’ Arquette.

Nous avons ouvert l’école pendant la fin de semaine. Les élèves l’ont appelée l’École de Survie (Survival School) puisque c’était pour la survie de notre langue et de notre culture.

Philip Deering a élaboré le calendrier scolaire; il a dû y consacrer près de 24 heures d’affilée. Nous avons commencé l’école le lundi suivant.

 

Les élèves de lÉcole de Survie de Kahnawake lors de la première année dexistence de lécole en 1978 PHOTO Gracieuseté de Kanienkeháka Onkwawénna Raotitióhkwa Centre linguistique et culturel

 

Nous utilisions n’importe quel bâtiment disponible : le Golden Age Club, le Moose Club. Les enfants se déplaçaient un peu partout, d’une classe à l’autre. Cela a duré jusqu’à Noël.

Entre-temps, nous avons négocié avec le gouvernement pour obtenir de l’argent afin de construire une école. Nous avons dû attendre presque jusqu’à Noël avant de recevoir enfin un peu d’argent.

 

H Gordon Greene à gauche et Baba John Curotte à droite expliquent comment tondre un mouton lors dun cours dinitiation à lagriculture dans les débuts de lÉcole de Survie de Kahnawake PHOTO Gracieuseté de Joanne McGregor

 

Nous avons acheté six tours. Il s’agissait de bâtiments préfabriqués et nous les avons fait installer juste à l’ouest du Golden Age Club. J’avais indiqué l’emplacement des bâtiments et fait installer l’eau courante et le réseau d’égouts.

Latest stories

Le partage d’histoires, le 15 mai 2024

Un rodéo à guichets fermés ouvre la saison à Ormstown

La caricature d’Eric Serre 15 mai 2024

Eric Serre

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp