The Gleaner
Nouvelles

L’entretien des cimetières préoccupe la paroisse de Huntingdon

Il y a un cimetière abandonné dans la cour située derrière l’église Saint-Joseph de Huntingdon. Des pierres tombales sont tombées, certaines sont brisées et d’autres se sont enfoncées dans le sol. La plupart datent du milieu ou de la fin des années 1800.

Marie-Andrée McSween, qui est la présidente des marguilliers de l’église catholique, se dit profondément préoccupée par les défis à venir en matière d’entretien et de durabilité du cimetière. Elle explique que c’est en raison de cette préoccupation qu’il a été décidé de publier un message sur Facebook, indiquant que les cimetières catholiques pouvaient désormais revendre les concessions de lot dont les frais d’entretien n’étaient pas payés. Le message a été largement partagé et a suscité une réaction immédiate.

« Cela a provoqué un certain mécontentement et un malentendu parmi les paroissiens », admet Mme McSween, qui a demandé que le message original soit supprimé et qu’un nouveau message, plus modéré, soit publié à sa place. La seconde publication explique que si la revente des anciennes parcelles est désormais possible, les gardiens de la paroisse Saint-Joseph ne permettront pas que les noms originaux des monuments soient recouverts. Elle avoue que, même si le tumulte est regrettable, le message a peut-être ouvert la porte à une discussion franche sur la propriété des concessions funéraires et l’entretien du cimetière.

Certaines concessions familiales sont associées à des contrats datant de plus de 100 ans, qui stipulent que l’entretien est payé à perpétuité pour la somme de 10 dollars. Le message explique que l’église honorera un contrat perpétuel pour la durée de vie du titulaire du contrat et de son conjoint. Une fois qu’ils sont décédés, les frais d’entretien sont transférés au descendant immédiat le plus âgé. Si celui-ci refuse d’assumer cette responsabilité, elle peut être transmise à la descendance. Malheureusement, l’église n’est pas toujours en mesure de trouver des membres de la famille prêts à entretenir les parcelles ancestrales et les frais d’entretien restent souvent impayés. Seul le tiers des quelques 900 concessions de Saint-Joseph génère actuellement des revenus provenant des frais d’entretien, tandis que le coût d’entretien du cimetière de Huntingdon s’élève a plus de 10 000 $ pour l’année en cours.

 

Older woman standing next to old gravestone laying flat on the ground in a cemetarying
La présidente des marguilliers de la paroisse Saint-Joseph de Huntingdon, Marie-Andrée McSween, se tient dans un cimetière abandonné derrière l’église. À défaut de trouver des nouveaux revenus, elle craint pour l’avenir des cimetières de Huntingdon, de Sainte-Agnès et de Saint-Patrice. PHOTO Sarah Rennie

 

« Nous pourrions enlever toutes les pierres de plus de 99 ans, dit Mme McSween. Mais nous ne le ferions jamais ». Elle espère plutôt que les personnes ayant des ancêtres enterrés à Huntingdon se manifesteront pour couvrir les frais d’entretien, qui sont actuellement fixés à 45 $ par an.

Cimetières de Dundee et de Herdman

Lorsque le diocèse de Valleyfield a fermé l’église Sainte-Agnès de Dundee ainsi que l’église Saint-Patrice de Herdman, la responsabilité des cimetières a été transférée à Saint-Joseph. Malheureusement, les archives conservées par les églises n’ont pas été incluses dans le transfert dès le départ. Des bénévoles de l’église ont pu récupérer les archives manuscrites originales du cimetière de St. Patrice de Hinchinbrooke, dit Mme McSween, mais ils n’ont que très peu de documents sur les personnes enterrées à Dundee. « Nous essayons, par l’intermédiaire des personnes qui viennent à l’église, de trouver des informations sur les familles des personnes enterrées à Dundee et à Herdman », dit-elle, notant que des frais d’entretien sont actuellement payés pour environ 30 concessions sur les quelque 250 du cimetière Sainte-Agnès.

« On a viré le bateau de bord à Saint-Joseph », dit Mme McSween, mais elle admet que si d’autres familles ne se manifestent pas, en particulier à Dundee et à Herdman, l’avenir des cimetières pourrait bien être compromis.

Latest stories

Un safari hivernal enchanté à découvrir à Hemmingford

Trois organisations communautaires lancent des programmes de dons planifiés

Élection partielle : un « nouveau » maire prête serment à la municipalité de Havelock

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !