The Gleaner
Agriculture

Les agriculteurs de la région soulèvent des préoccupations auprès de la députée Malette

Des représentants du syndicat de l’Union des Producteurs Agricoles du Haut-Saint-Laurent ont rencontré la députée de Huntingdon, Carole Mallette, et son équipe le 10 février dernier pour discuter de plusieurs problèmes auxquels sont confrontés les agriculteurs de la région. Le syndicat a demandé cette rencontre en personne pour veiller à ce que Mme Mallette soit au courant du travail important accompli par les agriculteurs, notamment en ce qui concerne les initiatives agroenvironnementales, et pour mettre en lumière certains sujets de préoccupation. 

Josiane Carrière, vice-présidente de l’UPA du Haut-Saint-Laurent, fait remarquer qu’en tant que représentant des 591 exploitations agricoles enregistrées dans le Haut-Saint-Laurent, le syndicat local est particulièrement à l’écoute des producteurs locaux et que l’établissement d’une ligne de communication directe avec la députée est important pour résoudre les situations et faire avancer les dossiers locaux. « Elle est la porte d’entrée avec le gouvernement, pour les différents ministères », affirme Mme Carrière, ajoutant que la rencontre a été encourageante.  

« Elle et ses attachés politiques étaient à l’écoute active », dit Carrière, notant que Mme Mallette parlait déjà des actions qui pourraient être prises pour aborder plusieurs questions clés. « En particulier, en ce qui concerne le nouveau régime transitoire de gestion des rives, du littoral et des plaines inondables, elle a compris qu’il était important que des représentants du ministère de l’Environnement rencontrent l’UPA pour discuter et collaborer », explique-t-elle, en référence au besoin d’établir un ensemble de règles claires pour protéger ces zones sensibles en partenariat avec la production agricole. 

Selon Mme Carrière, un autre sujet abordé concernait les difficultés liées à la production et à la vente directe de produits agricoles dans le cadre des normes actuelles fixées par le gouvernement. Les agriculteurs et le gouvernement cherchent à promouvoir les produits locaux, mais la règlementation contraignante combinée au manque de ressources de transformation locales, comme les abattoirs, en font une tâche particulièrement difficile pour les producteurs. Le syndicat a également signifié son inquiétude notamment vis-à-vis les activités de remblais potentiellement contaminés, ainsi que la gestion des matières résiduelles fertilisantes importées. 

Assemblée générale annuelle de l’UPA

L’équipe de Mme Mallette a été invitée à s’adresser à tous les producteurs, avec plusieurs autres intervenants, lors de la réunion annuelle des membres et de l’assemblée générale tenue par le syndicat local le 17 février à Ormstown. Au cours de cette réunion, les membres ont adopté une résolution reconnaissant l’urgence d’encadrer et de réglementer le déversement et le remblayage de sols potentiellement contaminés tout en protégeant le territoire agricole et la nappe phréatique de la contamination par les remblais. 

En plus de la résolution, trois amendements aux règlements généraux ont également été approuvés au cours de la réunion, y compris une proposition de l’UPA visant à adopter un langage neutre et inclusif pour les hommes et les femmes, et une autre visant à donner aux syndicats locaux plus de souplesse pour pourvoir les postes du conseil d’administration. Le poste de représentant des « fermes de petite taille » sera également remplacé par « fermes de proximité ».

Latest stories

Nouvelles exigences en matière de pesticides agricoles

Ian Ward

Un producteur de la relève honoré par les PPAQ

Le Québec proclame la « Journée nationale de l’érable »

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp