The Gleaner
Dernières nouvelles

L’homme retrouvé mort près de Roxham Road a été identifié

La Sûreté du Québec (SQ) a confirmé l’identité de l’homme dont le corps a été retrouvé dans un boisé le 4 janvier dernier près du chemin Roxham à Saint-Bernard-de-Lacolle.

Dans un communiqué publié le 6 janvier, la SQ a identifié Fritznel Richard, un homme de 44 ans d’origine haïtienne qui vivait à Montréal. Selon l’enquête policière, il est probablement mort d’hypothermie en tentant de passer aux États-Unis pour rencontrer un membre de sa famille. Il n’y avait aucun signe de violence sur son corps.

La SQ a noté que la disparition de M. Richard avait été signalée à la police de Montréal pendant le temps des fêtes. Les recherches ont été interrompues lorsque la police a reçu des informations indiquant qu’il était entré aux États-Unis. 

Le corps de M. Richard a été découvert vers 14 h 45 par des agents des douanes et de la protection des frontières américaines qui patrouillaient la frontière en hélicoptère juste à l’est du chemin Roxham.

La SQ a confirmé qu’une enquête du coroner aurait lieu pour déterminer les circonstances de son décès.

Selon un article publié dans La Presse, M. Richard est entré au Canada par le chemin Roxham avec sa femme, Guenda Filius, en décembre 2021. Mme Filius est retournée aux États-Unis quelque temps plus tard. Elle a appelé la SQ après avoir perdu le contact avec son mari plusieurs jours après avoir parlé avec lui pour la dernière fois le 23 décembre alors qu’il tentait de la rejoindre en Floride.

« C’est une situation horrible », déclare Wendy Ayotte au nom de Créons des ponts, un groupe basé à Hemmingford qui aide les demandeurs d’asile de Roxham Road. « Ce n’est pas la seule personne dont nous avons entendu parler qui est retournée aux États-Unis », dit-elle, notant qu’une personne qui a traversé irrégulièrement au Canada doit effectuer une autre traversée irrégulière pour retourner aux États-Unis.

Mme Ayotte considère que les circonstances entourant la mort de M. Richard sont le résultat de l’Entente sur les tiers pays sûrs (ETPS) entre le Canada et les États-Unis. Elle affirme que malgré une nouvelle mesure temporaire introduite par le gouvernement fédéral pour accélérer la délivrance de permis de travail aux demandeurs d’asile, ils sont nombreux à être frustrés par les temps d’attente et la paperasse.

« L’ETPS a créé un environnement où toute la frontière entre nos deux pays est devenue plus difficile pour les personnes qui cherchent à se protéger », dit-elle.

Latest stories

Confinement barricadé à l’École primaire Héritage : levé suite à une fausse alarme

Rapport de police 19 octobre 2022

The Gleaner

La CSSVT s’entend avec les fournisseurs de transport scolaire

The Gleaner

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 2 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !