The Gleaner
Dernières nouvelles

L’incendie du bâtiment O’Connor est considéré comme suspect
Les plans de restauration de la structure patrimoniale sont toujours en place



Un incendie qui a considérablement endommagé l’édifice O’Connor à Huntingdon le 19 avril dernier fait maintenant l’objet d’une enquête de la Sureté du Québec (SQ).

Selon la sergente Audrey-Anne Bilodeau, porte-parole de la police provinciale, l’origine de l’incendie semble suspecte. Des agents et un technicien de scène d’incendie ont été observés en train de passer au crible les dégâts le jour suivant. Mme Bilodeau confirme que trois suspects âgés de 13 à 15 ans ont été interrogés par les enquêteurs concernant leur implication potentielle dans l’incendie.

Le chef du service d’incendie de Huntingdon, Marc Voyer, est d’accord avec l’évaluation de la SQ sur la nature de l’événement. Abandonné depuis 2015, l’électricité du bâtiment est coupée depuis des années.

Selon M. Voyer, l’appel au feu a été reçu à 17 h 03. Lorsque les pompiers sont arrivés sur les lieux quelques minutes plus tard, de violentes flammes et une épaisse fumée s’échappaient déjà des fenêtres à l’arrière du bâtiment. « J’étais sûr que nous étions là pour la nuit », a déclaré M. Voyer, qui admet qu’il
craignait de perdre complètement le bâtiment historique.

Les services d’incendie de Huntingdon, Godmanchester, Hinchinbrooke et Sainte-Barbe ont répondu à l’alarme générale, tandis que des camions à échelles ont été envoyés par le Chateaugay Brainardsville Fire District et les services de Malone Callfiremen dans l’État de New York.

Plus de 90 pompiers ont participé à l’opération, qui s’est terminée vers 23 heures.

 

Un incendie majeur s’est déclaré dans la partie arrière de l’immeuble O’Connor le 19 avril dernier. Au moins 90 pompiers ont lutté contre les flammes, ce qui a entraîné des dommages importants au bâtiment patrimonial. PHOTOS Sarah Rennie

« Nous avons été sur la défensive jusqu’à la fin », déclare M. Voyer au sujet de l’intervention, qui a
consisté à arroser le bâtiment sous tous les angles, y compris le toit. Les fenêtres ont été brisées pour permettre à l’eau de pénétrer dans le bâtiment. « Nous sommes entrés à la fin pour éliminer tous les points chauds », ajoute-t-il.

Aucun blessé n’a été signalé, et aucun incendie n’a endommagé les bâtiments voisins.

Un avenir pour le bâtiment



L’immeuble O’Connor, qui a été classé monument historique en 2009, a été laissé à l’abandon par ses propriétaires successifs. Construit en 1915 par Dennis James O’Connor en partenariat avec ses frères Pat et Walter – qui faisaient tous partie des frères O’Connor, une entreprise prospère de construction de routes à Huntingdon – l’édifice comprenait à l’origine un restaurant, un bureau de poste et d’autres commerces, dont un cinéma.

Selon le Répertoire du patrimoine culturel québécois, le bâtiment a été modifié au fil du temps, notamment au niveau des ouvertures et des entrées. Deux annexes ont également été construites sur le mur arrière, là où l’incendie s’est déclaré. La dernière restauration majeure du bâtiment a eu lieu en 1960.

Le maire de Huntingdon, André Brunette, insiste sur le fait qu’il y a très peu de choses que la ville aurait pu faire pour empêcher une telle issue. « Il s’agit d’une propriété privée », dit-il, expliquant que la ville a fait ce qu’elle a pu pour entretenir le bâtiment, allant jusqu’à le déclarer comme une menace pour la sécurité publique en juillet dernier, lorsqu’un trou béant a été découvert dans le toit, ainsi que des dommages importants à la structure du bâtiment.

Le propriétaire actuel, Howard Greenspoon, de la société de portefeuille Greenvest Enterprises, Inc. basée à Montréal, qui a récemment repris possession de l’immeuble, se dit choqué et bouleversé d’apprendre l’incendie. « C’est assez malheureux. Nous étions sur le point de commencer la restauration de l’immeuble », dit-il, reconnaissant que l’incendie représente un revers majeur.

Selon M. Greenspoon, il était prévu d’injecter plus d’un million de dollars dans la restauration du bâtiment, et environ 20 000 dollars avaient déjà été dépensés pour le nettoyer. « Il s’agit essentiellement d’un travail de fond », dit-il, en précisant que le statut patrimonial du bâtiment exige que la façade extérieure reste inchangée. Les dommages causés par l’incendie pourraient ajouter 300 000 $ à ce projet déjà coûteux.

Malgré cela, M. Greenspoon insiste sur le fait qu’il veut toujours aller de l’avant. « Nous devons simplement voir ce que nous pouvons faire, admet-il. Nous ne sommes pas prêts à abandonner ».

Latest stories

Verre dans le parc à Huntingdon : avertissement aux parents

La grippe aviaire détectée dans un troupeau du Haut-Saint-Laurent ; l’exposition de volailles annulée

La députée locale Claire IsaBelle ne sollicitera pas de deuxième mandat

Iris Delagrange

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !