The Gleaner
Agriculture

L’UPA de la Montérégie : deux nouveaux projets pour soutenir les oiseaux champêtres et des pollinisateurs

Le 3 juillet dernier, la Fédération de l’UPA de la Montérégie annonçait le lancement des projets Fauche retardée en faveur des oiseaux champêtres et Création d’habitats propices aux pollinisateurs par l’implantation de bandes fleuries.

En lien avec le Plan d’action régional du Plan d’agriculture durable (PAD) 2020-2030, ces deux projets sont financés par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) dans le cadre du programme Prime-Vert. 

Pour chacun des projets, il s’agit respectivement d’un financement de 72 470 $ et de 87 456 $ s’échelonnant jusqu’en 2024. Le principal objectif du projet visant la conservation des oiseaux champêtres est de former et d’accompagner les productrices et producteurs agricoles de la Montérégie dans la modification de leurs pratiques de récolte du foin. 

« La Fédération de l’UPA de la Montérégie est fière de travailler une fois de plus à concilier les usages agricoles et fauniques, et la protection d’espèces sensibles sur le territoire agricole de la Montérégie, partage Julien Pagé, 1er vice-président de l’UPA Montérégie. C’est grâce à l’implication des productrices et producteurs agricoles que l’adoption de pratiques agricoles durables en faveur de ces espèces se concrétise et le financement disponible rend leur accompagnement en ce sens possible ».

Exécuter la fauche d’un hectare après la période de reproduction d’espèces sensibles permet aux oisillons d’acquérir la maturité nécessaire afin de se déplacer lors du passage de la machinerie. Ce retard de fauche s’avère bénéfique pour plusieurs espèces d’oiseaux nichant au sol, notamment pour les espèces en péril que sont le goglu des prés et la sturnelle des prés.

Le projet de conservation en faveur des pollinisateurs compte quant à lui un volet de sensibilisation des acteurs du milieu face aux bénéfices de la mise en place de bandes fleuries bonifiées en milieu agricole. 

Le projet vise également la création d’habitats pour la protection des pollinisateurs en accompagnant les productrices et producteurs agricoles de la région dans la conception, la mise en place et le suivi de bandes fleuries sur leur propriété.

Active au sein d’initiatives de protection des espèces menacées en milieu agricole depuis plusieurs années, la Fédération de l’UPA de la Montérégie est bien outillée afin de faire rayonner les efforts des productrices et des producteurs agricoles de la région participant à ces projets. (MNL)

Latest stories

Nouvelles exigences en matière de pesticides agricoles

Ian Ward

Un producteur de la relève honoré par les PPAQ

Le Québec proclame la « Journée nationale de l’érable »

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp