The Gleaner
Nouvelles

Noël sera différent en ces temps de pandémie

Sarah Rennie
Traduit par Iris Delagrange

Le gouvernement provincial a annoncé le 20 novembre ses plans, appuyés par la santé publique, afin de permettre aux gens de se rassembler pendant quatre jours durant les fêtes, puis s’est ravisé dès le lendemain en resserrant les règles. Les Québécois devraient pouvoir se réunir à deux reprises avec 10 personnes maximum pendant les quatre jours de Noël, à condition qu’ils puissent s’isoler pendant sept jours jusqu’au 24 décembre et de nouveau après le 27 décembre. Cela exclut les travailleurs de la santé, les travailleurs essentiels et toute personne qui n’est pas en mesure d’isoler pendant la période prescrite.

Dans une vidéo postée sur Facebook, la Dr Julie Loslier, directrice de la Direction de la santé publique de la Montérégie, a souligné l’importance de la période d’isolement de sept jours, tout en précisant la différence entre cette période et les périodes d’isolement obligatoires de 14 jours. L’isolement de sept jours est conçu pour fonctionner à titre préventif, car tous les symptômes qui peuvent se développer apparaîtront très probablement dans les sept jours précédant ou suivant une réunion. Loslier a rappelé aux résidents de la Montérégie l’importance d’éviter tous les rassemblements si le moindre symptôme se manifeste, avant de confirmer également qu’il ne pourra pas avoir de fêtes de bureau ou de célébrations du Nouvel An en dehors des bulles familiales.

Pour la Dr Catherine Bélanger, coordonnatrice COVID-19 du Réseau local de santé du Haut-Saint-Laurent, il sera essentiel d’être modeste pour ces jours fériés. Le nombre d’infections dans la région a ralenti au cours des deux dernières semaines, bien que quelques cas soient encore diagnostiqués. Assez de cas, explique la Dr Bélanger, pour que les gens doivent continuer à faire preuve de prudence en choisissant de magasiner en ligne ou localement tout en évitant les heures de pointe.

Quant au plan pour Noël, Bélanger laisse entendre qu’elle comprend que ne pas voir de famille pendant les Fêtes peut être pénible. « Nous voulons être intelligents à ce sujet », dit-elle. « Une fois que nous aurons battu la COVID-19, nous nous réjouirons. » En même temps, elle admet qu’un pic de cas et d’hospitalisations après les fêtes est probablement inévitable. « C’est difficile. La patience est la clé », dit-elle. « Noël pendant une pandémie – c’est différent. »

Latest stories

La grippe aviaire se répand chez les bovins

Franklin : les révélations du rapport d’audit

Un demi-million pour la vitalisation de la région

The Gleaner

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp