The Gleaner
Opinion

Notre guignolée, votre banque alimentaire

Dès mon arrivée chez Moisson Sud-Ouest, on m’a tout de suite mis au fait de l’importance de la guignolée des médias dans le calendrier annuel de l’organisme. Cependant, c’est au moment où j’ai atteint le cœur de l’organisation de l’événement que j’ai vraiment saisi l’ampleur de sa signification pour la banque alimentaire et toute la communauté.

Les racines historiques de la guignolée au Québec sont fortes. Autrefois, les villageois passaient de porte en porte, chantant des cantiques de Noël, faisant la collecte de nourriture et d’argent pour venir en aide aux plus démunis. Cet élan de générosité à la période des fêtes est ancré dans nos traditions.

Aujourd’hui, les initiatives de guignolées prennent plusieurs formes différentes à travers le Québec. Cette année dans le Suroît, ce territoire regroupant les trois MRC desservis par la banque alimentaire Moisson Sud-Ouest, nous célébrons la 20e édition de la guignolée mise sur pieds par les médias régionaux et des entreprises engagées. La guignolée dans le Suroît, c’est un événement de collecte d’argent aux intersections et une grande campagne de dons en ligne jumelée avec la guignolée des médias provinciale. La collecte de rue aura lieu le 7 décembre, à 13 intersections, dans 7 villes du Suroît. La campagne de financement, elle, s’échelonne du 24 novembre au 31 décembre.

L’année précédente, 175 000 $ ont été amassés tout au long de la campagne. Il est important de souligner que les fonds obtenus dans le cadre de la guignolée des médias sont cruciaux pour le fonctionnement de la banque alimentaire durant toute l’année. Sans cette entrée d’argent, il est difficile d’envisager comment Moisson Sud-Ouest pourrait continuer à fournir plus de 80 organismes communautaires pour ainsi nourrir 14 700 personnes par mois.

Vous remarquerez que, dans nos communications en lien avec la guignolée, nous mettons l’emphase sur les dons monétaires et moins sur les traditionnels dons de denrées non périssables. Nous sommes toujours reconnaissants de recevoir des denrées à distribuer. À cause de la tradition collective, la période des fêtes est le moment de l’année où nous recevons le plus de denrées par le biais de multiples initiatives citoyennes. Cependant, il faut comprendre qu’une banque alimentaire doit répondre à une demande de nourriture durant toute l’année. De plus, nous devons offrir une constance dans la variété des aliments distribués aux personnes recevant de l’aide alimentaire. Pour ces raisons, les dons en argent sont beaucoup plus flexibles et durables afin de nous permettre d’accomplir notre mission. Avec chaque dollar donné, les opérations d’une banque alimentaire arrivent à générer une valeur de 15$ en nourriture à distribuer.

La guignolée des médias du Suroît, c’est le moment où toute la communauté se mobilise pour mettre fin à la faim dans notre région. L’alimentation, c’est la base de la vie.
Yan Ouellette
Coordonnateur communications, événements et philanthropie
Moisson Sud-Ouest

Latest stories

Votre augmentation de loyer vous empêche tel de dormir?

Les proches aidants aussi ont besoin d’aide

Invité - Opinion

Lettre ouverte : Couples défavorisés par le nouveau regime de soins dentaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp