The Gleaner
Agriculture

Plus de 530 000 $ investis pour la conservation d’espèces en péril

La deuxième phase d’un important projet de conservation en milieu agricole vient d’être annoncée par la Fédération de l’Union des producteurs agricoles de la Montérégie, en collaboration avec Environnement et Changement climatique Canada.

Le projet intitulé « Mobilisation de la communauté agricole de la Montérégie pour la conservation des espèces en péril et de leurs habitats » est doté d’une enveloppe de 530 227 $ provenant du Fonds de la nature du Canada d’Environnement et Changement climatique Canada, et s’échelonnera sur trois ans.

L’objectif principal de la phase deux est d’améliorer le statut de 12 espèces en péril, telles que le Goglu des prés, la Sturnelle des prés, la Tortue des bois, la Couleuvre tachetée, le Bourdon terricole et le papillon Monarque. La Fédération de l’UPA de la Montérégie en collaboration avec ALUS Montérégie et différents experts du milieu, accompagneront les agricultrices et agriculteurs dans leurs projets de fauche retardée du foin pour les oiseaux champêtres, dans l’ensemencement de nouvelles zones fleuries pour les pollinisateurs et dans le développement de projets pilotes de création d’abris pour les amphibiens et les reptiles.

En modifiant leurs pratiques, les productrices et producteurs agricoles de la Montérégie mettront en place des actions concrètes favorisant la qualité et la quantité des habitats disponibles pour ces espèces en péril.

« Le milieu agricole joue un rôle important pour la restauration et la conservation d’habitats bénéfiques aux espèces en péril », souligne pour sa part Steven Guilbault, Ministre de l’environnement et du changement climatique du Canada.

Active au sein de la protection des espèces menacées en milieu agricole depuis plusieurs années, la Fédération de l’UPA de la Montérégie est bien outillée pour faire rayonner les efforts des productrices et des producteurs agricoles de la région. Les réalisations d’aménagement et des fiches synthèses présentant différents moyens de protéger ou d’améliorer l’habitat des espèces en péril seront partagées sur le site Web de la Fédération de l’UPA de la Montérégie tout au long du projet.

Rappelons que la phase 1 du projet a permis à près de 30 producteurs agricoles de participer à des projets pilotes visant à préserver les oiseaux champêtres, les bourdons, les amphibiens et les reptiles sur le territoire, en créant de nouveaux habitats ou en modifiant les pratiques culturales. Le projet pilote de fauche retardée des foins a permis, entre autres, d’observer des centaines d’oiseaux champêtres en péril, alors que les bandes fleuries semées par plusieurs producteurs sur leurs terres ont attiré une vingtaine d’espèces de bourdons, dont certaines en péril, en plus de papillons monarques, sans parler des habitats installés pour encourager les amphibiens et les reptiles.

« Le succès de ce projet découle de la collaboration étroite entre divers professionnels du milieu agricole et de la conservation, ainsi que de leur engagement collectif en faveur de la préservation des espèces en péril et, plus largement, de la biodiversité, sur le territoire agricole de la Montérégie. C’est grâce à des productrices et producteurs agricoles sensibilisés aux espèces en péril que l’adoption de pratiques agricoles durables comme l’amélioration, la restauration et la création d’habitats sur des terres agricoles marginales en faveur de ces espèces se concrétise », déclare Julien Pagé, 1er vice-président de la Fédération de l’UPA de la Montérégie. (IW)

Latest stories

L’UPA locale élit un nouveau président

Une saison des sucres précoce pour les acériculteurs enthousiastes

La Ferme Estermann de Dundee déclarée championne régionale

The Gleaner

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp