The Gleaner
Art de vivreArt de vivre

Un agriculteur local cherche l’amour à la télé-réalité

L’amour est dans le pré est une émission de télé-réalité québécoise créée spécifiquement pour les agriculteurs. Le 26 janvier marque le début de la nouvelle saison de l’émission qui existe déjà depuis plus de 10 saisons. Cette année, vous reconnaîtrez peut-être Bobby Tolhurst, résident du Haut-Saint-Laurent, comme l’un des cinq agriculteurs à la recherche de l’amour.

M. Tolhurst est au courant de la série depuis quelques années. Sa sœur, amatrice de l’émission, l’a poussé à postuler.  « Elle ne m’a pas forcé à m’inscrire ou quoi que ce soit, mais elle m’a fortement encouragé »,
plaisante-t-il.  Il avait envisagé la possibilité de participer auparavant, mais a décidé que cette année, le moment lui semblait opportun.

Il a présenté sa demande en avril dernier.  Après une longue attente, M. Tolhurst est impatient de voir à quoi ressemblera la série à l’écran. La plupart de ses segments ont été filmés sur sa ferme, où il a pu mettre en évidence certains des paysages de la région.  « Au premier épisode, nous avons commencé par le speed dating ; Ils vous disent en quelque sorte de trouver un endroit local de belle allure, alors nous l’avons fait à la brasserie Livingstone puisque l’endroit est charmant ». Il est curieux de voir à quoi ressembleront ces endroits locaux après avoir été édités à l’écran.

 

On peut voir Bobby Tolhurst chercher lamour sur Noovo le jeudi soir Il est enthousiaste à lidée de voir son expérience à la télévision et de voir à quoi ressemblent certains endroits de la vallée devant la caméra PHOTO courtoisie de Bobby Tolhurst

 

Une période d’adaptation a été nécessaire pour que M. Tolhurst s’habitue à la présence constante des caméras « Au début, ça vous déstabilise à coup sûr ; on n’est pas vraiment sûr de ce qu’on est censé faire… Nous devons toujours avoir notre micro, et la personne du son peut toujours nous entendre » ! Cependant, il s’est habitué à ce monde étrange de la télévision et il était reconnaissant envers l’équipe du tournage.  « J’ai eu beaucoup de chance avec l’équipe qui est venue à la ferme. Il était vraiment facile de s’entendre avec l’équipe de production ».

Les émissions de rencontres semblent faire fureur en ce moment, avec des émissions comme Love is Blind et Too Hot to Handle qui font partie des séries les plus populaires de Netflix. M. Tolhurst explique que la différence entre ces spectacles et L’amour est dans le pré réside dans la motivation des gens à postuler.  « En général, les agriculteurs ne sont que des gens ordinaires. Nous cherchons vraiment à trouver l’amour ». Il ajoute : « Souvent, on s’interroge sur les autres émissions et sur si, oui ou non, elles sont authentiques à ce sujet en tout temps ». Beaucoup d’émissions de rencontres sont utilisées pour que les gens gagnent un suivi sur les médias sociaux et un statut d’influenceur, mais je n’ai pas vraiment d’Instagram et je ne pense pas que je vais en avoir un plus grand après cela », plaisante-t-il. 

Bien sûr, faire partie de l’émission apporte sa part de nervosité.  « On s’inquiète toujours de la manière dont on va paraître. C’est une question d’image de soi, je suppose. On espère que les gens vont nous trouver intéressants et qu’ils vont vouloir nous encourager », explique M. Tolhurst. Il a également été le premier candidat anglophone de l’émission, ce qui a ajouté à son inquiétude, en particulier avec son accent et « ce que les gens penseraient de moi ». Cependant, il dit que toutes les personnes impliquées étaient aimables et l’ont fait se sentir bien à l’aise. « Je suis déjà médiocre en fréquentation, et maintenant je le fais devant la caméra dans ma langue seconde ; C’était un peu délicat, mais c’était un beau défi à relever », ajoute-t-il en riant.

L’émission est diffusée le jeudi sur Noovo. M. Tolhurst recommande l’expérience à tous ceux qui sont un peu curieux de savoir ce que ce serait de participer à un spectacle comme celui-ci. « Je pense que tous les agriculteurs qui ont vu l’émission et qui veulent s’y inscrire devraient vraiment le faire. C’est vraiment l’expérience d’une vie ».

Latest stories

La caricature d’Eric Serre 25 janvier 2023

Eric Serre

D’un foyer à l’autre, le 25 janvier

The Gleaner

Un Pain-Couvert à découvrir !

Marie Nirva Louis

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 2 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !