The Gleaner

Un pilier d’Ormstown perd son fondateur bien-aimé



Fernand Ratté, le fondateur du Magasin F. Ratté, un pilier de la rue Lambton, est décédé subitement le 24 mars à l’âge de 89 ans. Il laisse dans le deuil sa famille et un réseau important de clients fidèles, mais tous se souviendront de son attitude joviale et de son dévouement au service de la communauté qu’il aimait.

M. Ratté est né d’une famille de commerçants en 1932. Il a ouvert son premier magasin d’alimentation et de variétés à Longeuil en 1952. Un deuxième magasin a suivi peu après, à Saint-Lambert. Ce n’est que par hasard qu’il connu et tomba amoureux du charmant village d’Ormstown, où il ouvra un troisième magasin en 1958. Il ne tarda pas à concentrer toutes ses activités au magasin de variétés sur la rue Lambton qui, depuis, est au cœur de la ville principale d’Ormstown. Dans les faits, plus de 5 millions de clients ont franchi les portes du magasin, la grande majorité repartant avec ce qu’ils étaient venus chercher. Comme le disent les gens du coin, « si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez chez Ratté, c’est que ça n’existe pas ».

 

Fernand Ratté, le fondateur du Magasin F. Ratté à Ormstown, a célébré le 60e anniversaire du magasin de variétés en 2018 avec sa femme Denise et son fils François. Il est décédé subitement le 24 mars dernier.
  PHOTO Sarah Rennie

 

Dans un hommage touchant affiché sur les médias sociaux par sa famille, on rappelait sa « santé de fer qui lui permettait d’être présent, jour après jour, mile après mile. Fernand a su tout au long de sa vie transmettre à tous et chacune des valeurs qui lui étaient chères ». Sa famille attribue à sa fidélité, son honnêteté, son implication et sa persévérance les qualités qui ont contribué à faire de lui un membre très apprécié et respecté de la communauté.

Pour beaucoup de gens dans la région, on se souviendra de lui pour son dévouement envers ses clients. Son attention est à l’origine de la réputation et de la notoriété unique du magasin, encore aujourd’hui, où les clients sont toujours bien servis. Sa famille indique que c’était sa façon de contribuer au bonheur des gens.

« Parce que tu as consacré ta vie avant tout à ta famille et à ton magasin, nous, proches, amis, clients, et tous les autres comme une seule et même famille, nous te disons merci et nous ne t’oublierons jamais », déclarait son fils aîné François, qui a rejoint l’entreprise familiale en 1985.

Mari bien-aimé de Denise Paquin, Fernand Ratté laisse dans le deuil ses enfants François (Carole), Christian et Dominique (Pierre), ses petits-enfants Elisabeth et Laurence, ainsi que plusieurs parents et amis. Une cérémonie privée pour rendre hommage à sa vie aura lieu à une date ultérieure.

 

Latest stories

Un nouvel album pour une artiste jazz de Sainte-Barbe

Un couple fête son 75e anniversaire de mariage

Attention au panais sauvage et à la berce du Caucase

Mortalité massive de poissons dans la rivière des Anglais

Encan muet d’oeuvres d’arts locales

The Gleaner

Levée de fonds: du yoga et des fleurs

The Gleaner

Ormstown adopte un règlement pour encadrer l’utilisation des pesticides dans le village

Le maire de Saint-Anicet honoré par la coalition de la voie navigable

The Gleaner

Un incendie détruit le restaurant Express 57 d’Ormstown; Des campagnes sont en cours pour aider le restaurant à retrouver sa gloire d’antan

D’un foyer à l’autre 10 août, 2022

The Gleaner

La caricature d’Eric Serre 10 août, 2022

Eric Serre

DAOUST, Réginald

The Gleaner

Près de 300 nouvelles places de garderie subventionnées sur le territoire

The Gleaner

Deux organismes communautaires locaux reçoivent une aide financière

The Gleaner

Sillonner la Montérégie avec les Virées Gourmandes

The Gleaner

Soutien aux municipalités pour la signalisation et le transport adapté

The Gleaner

Le Gleaner se qualifie pour une bonne douzaine de prix

Échantillons de sol prélevés sur le site de décharge du Rang Dumas

The Gleaner

Cardio-Actifs du Haut-Saint-Laurent à la recherche d’un nouveau local

The Gleaner

L’interdiction de stationner complique l’utilisation du sanctuaire d’oiseaux de Godmanchester

Sarah Rennie

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !