The Gleaner
Art de vivre Art de vivre

Une éducatrice canine locale communique avec les chiots et les gens

L’entraînement d’un chiot peut être une tâche ardue. Toute cette énergie avec si peu d’attention peut créer tout un défi, même pour les propriétaires de chiens les plus patients. Cependant, certaines personnes aiment les défis et peuvent même aider à éduquer des chiens de tous les âges. Émilie Pelletier, résidente de la région, est passionnée par les animaux et offre des services d’éducation canine à Saint-Chrysostome.

« Je suis passionnée par les animaux depuis que je suis toute petite. Je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie. Je suis allé au cégep en design et ça m’a plu, mais les chiens étaient vraiment ma passion », admet Mme Pelletier. Elle a décidé de transformer cette passion en carrière et a commencé à apprendre à entraîner les chiens. Elle a pris des leçons avec un éducateur privé comme point de départ. Maintenant, elle travaille avec les chiens depuis dix ans, et elle gère sa propre entreprise.

Mme Pelletier offre des leçons privées, des leçons de groupe et des leçons à domicile, selon les besoins du client. Ses méthodes sont basées sur le renforcement positif : encourager les chiens lorsqu’ils se comportent bien, au lieu de les punir lorsqu’ils font une erreur. Cette approche aide à façonner des comportements positifs chez ses élèves !

 

Émilie Pelletier, éducatrice canine de Saint-Chrysostome. PHOTO Gracieuseté d’Émilie Pelletier

 

Elle fait cependant face à certains défis avec ce travail, en particulier en ce moment. En raison de la pandémie de COVID, son entreprise (comme plusieurs) a été contrainte à fermer pendent plusieurs mois. Heureusement, elle a pu rouvrir récemment. Elle donnera des cours d’exécution de commandes de base à partir de ce mois-ci, dans lesquels les chiens apprennent des ordres comme s’asseoir, rester, s’allonger, et d’autres leçons d’introduction (cette classe est complète). Même dans une année normale, ce n’est toujours pas facile de s’en sortir ; elle explique que : « les plus grands défis quotidiens, sans parler de pandémie, c’est d’essayer de vivre de cette profession. J’ai un autre emploi presque à temps plein ». Pour Pelletier, l’entraînement des chiens se fait principalement par amour pour eux.

L’éducatrice canine est ravie de travailler avec les animaux, et déclare avec fierté que ce travail est tellement plus riche que le simple fait de travailler avec les chiots : « Ce que j’aime le plus, c’est la connexion avec les chiens. Mais ce n’est pas seulement le lien avec les chiens, c’est aussi le lien avec les gens. Comme le chien et le propriétaire assistent aux cours, il y a un lien particulier qui se forme avec les deux : « En fin de compte, nous éduquons les gens plus que les chiens ».

Pour tous ceux qui pourraient être intéressés à poursuivre une carrière similaire, Pelletier offre ce conseil : « Il faut beaucoup de patience. Tu as besoin de beaucoup de passion. Et vous avez besoin de beaucoup d’expérience, pas seulement de quelques classes. » Elle poursuit en expliquant que bien qu’il existe de nombreuses formations qui seront utiles, l’expérience est la meilleure façon d’apprendre tous les trucs du métier. « Aujourd’hui, il y a beaucoup de classes qui ne durent que deux mois et puis vous pouvez dire que vous êtes un comportementaliste, mais l’éducation des chiens est beaucoup plus que cela. C’est aussi l’expérience. »

Pelletier mentionne également qu’elle s’inquiète des effets de la pandémie sur les chiots qui naissent et sont adoptés en ce moment. « Il y a beaucoup de gens qui adoptent des chiens en ce moment. Avec la pandémie, le défi d’être propriétaire d’un chien, c’est que nous sommes tous confinés et les chiots ont vraiment besoin d’être socialisés. C’est un gros problème pour leur avenir auquel nous sommes confrontés en ce moment. Les chiens ont besoin de cohérence dans leur vie. L’espoir est qu’une fois que tout cela sera terminé, les chiots seront en mesure de s’adapter à la vie normale. »

Bien que le travail peut être compliqué, surtout en temps de pandémie, Pelletier est heureuse de faire ce qu’elle aime. Sa passion pour les chiens l’a poussée à le faire pendant plus d’une décennie et elle continue d’être forte, quels que soient les défis quotidiens.

 

Latest stories

La caricature d’Eric Serre 18 mai 2022

Eric Serre

Photo de la semaine 18 mai 2022

The Gleaner

Jean-Pierre Mack, auteur-courage, lance son livre grâce au Centre de Formation de Huntingdon

Iris Delagrange

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Vous pouvez profiter de 4 articles par mois gratuitement, mais si vous êtes affamés de nouvelles de la région , nous vous encourageons à "acheter local" et aider à soutenir votre source de nouvelles locales.

Notre communauté, notre journal !

Recevez l'édition imprimée par courrier  (accès numérique complet inclus)

pour seulement 60 $ par an.

L'accès numérique seul ne coûte que 40 $ par an.