The Gleaner
Éducation

Une médaille prestigieuse pour une jeune fille qui s’implique dans son école locale

La Médaille du lieutenant-gouverneur pour la jeunesse récompense les jeunes qui s’impliquent de manière significative dans leur milieu scolaire depuis plusieurs années. C’est le cas de Camille Vincent, élève de secondaire 3 dans le programme SIMPLIX à Arthur-Pigeon, Huntingdon. La jeune fille s’implique depuis le début du secondaire dans toutes sortes d’activités: lors des évènements ou encore au conseil étudiant. Lors qu’elle a reçu la nouvelle de sa nomination, elle était heureuse mais ne pensait pas gagner. “Je l’ai appris quand nous avons reçu la lettre avec la médaille,” explique la jeune fille.

La médaille n’est décernée qu’une seule fois par année au niveau secondaire. Ce sont des membres du personnel qui ont soumis la candidature de Camille, pensant qu’elle avait de bonnes chances de remporter la médaille. “Je m’implique dans mon école depuis mon début au secondaire. Je garde ma motivation grâce aux personnel qui m’aide à m’impliquer. L’école devient plus agréable lorsque que nous avons un but et que nous savons que aujourd’hui plusieurs activités nous attendent,” explique la jeune fille qui arbore un sourire radieux.

 

Camille Vincent posant fièrement avec sa médaille du lieutenant-gouverneur. PHOTO courtoisie de Camille Vincent

 

Les personnes qui s’impliquent dans leur communauté le font pour plusieurs raisons: sentiment d’appartenance, désir d’apprendre de nouvelles choses, être au contact avec les gens, aider ceux-ci…Pour Camille, c’est une bonne manière de s’amuser et de contribuer à sa communauté, de rendre l’école plus attrayante. “Ce prix démontre que tous mes gestes fourni n’ont pas passé inaperçu. Il me fait gagner en maturité, tous mes gestes n’avaient dans aucun moment le but d’avoir un prix je le faisais, car j’aimais cela et que je m’amusais tout au long,” dit-elle. Son entourage n’a pas été surpris, mais tout le monde est très fier.

La jeune fille profite de cette médaille et de la voix qui lui est donnée pour appeler les jeunes (et les moins jeunes!) a donner du temps en tant que bénévole. Cela ne pouvait pas tomber plus à pic car en ce moment, avec la crise du COVID-19, beaucoup de personnes s’entraident et donnent de leur temps pour aider des personnes plus vulnérables. “Le bénévolat amène une émotion de joie dans le fait d’avoir aidé les gens,” explique la jeune étudiante. L’école peut sembler monotone pour beaucoup d’élèves, et s’impliquer dans la vie de celle-ci aide grandement à tisser des liens entre les jeunes mais aussi avec les adultes responsables, les enseignants.

En ce temps de crise sanitaire globale, Camille souhaite également passer le message suivant: “Tout va bien aller et bon confinement!”

 

Latest stories

Départ du directeur de l’école Arthur-Pigeon

Des artistes et des athlètes honorés à l’École Arthur-Pigeon

The Gleaner

Un partenariat entre Kahnawà:ke et la HAECC ouvre la porte à de nouvelles possibilités

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Vous pouvez profiter de 4 articles par mois gratuitement, mais si vous êtes affamés de nouvelles de la région , nous vous encourageons à "acheter local" et aider à soutenir votre source de nouvelles locales.

Notre communauté, notre journal !

Recevez l'édition imprimée par courrier  (accès numérique complet inclus)

pour seulement 60 $ par an.

L'accès numérique seul ne coûte que 40 $ par an.