The Gleaner
Environnement

Une rencontre prévue entre l’UPA et la MRC pour parler de remblai

Les administrateurs du syndicat de l’Union des producteurs agricoles (UPA) du Haut-Saint-Laurent rencontreront des représentants du conseil régional de la MRC du Haut-Saint-Laurent, ainsi que de l’administration, pour discuter des façons dont ils peuvent travailler ensemble pour mieux encadrer les opérations de remblai dans la région.

La réunion à huis clos est prévue pour le 12 juin. Elle fait suite à la large diffusion d’une déclaration de syndicat local de l’UPA appelant les élus et la MRC à intervenir rapidement. Une série de propositions ont été soumises à la MRC, et l’UPA espère discuter des mesures de contrôle disponibles pour les municipalités.

Josiane Carrière, vice-présidente du syndicat du Haut-Saint-Laurent, affirme que même si les membres du conseil d’administration attendent avec impatience la rencontre avec la MRC, une lettre est envoyée cette semaine, en partie pour rappeler aux producteurs le cadre juridique qui régit les opérations de remblai en agriculture.

« Nous ne voulons pas d’interdiction du remblai », dit-elle, tout en expliquant que le syndicat du Haut-Saint-Laurent n’est pas non plus contre le développement. « Il s’agit d’une pratique agricole normale », dit-elle, notant que la lettre vise à rassurer les membres que le syndicat appuie le remblayage lorsqu’il est effectué correctement. « Nous voulons nous assurer que les producteurs savent ce qu’ils acceptent comme remblai et qu’ils comprennent le risque de contamination ».

Mme Carrière admet que des producteurs ont posé des questions au sujet de la réglementation en place dans les zones blanches; celles-ci n’étant pas soumises à la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles, qui régit les types de travaux de remblai que les producteurs peuvent effectuer. Toutes les activités de remblai doivent être conformes à la Loi sur la qualité de l’environnement et peuvent nécessiter un permis selon la municipalité, mais il n’est pas clair quels règlements régissent les citoyens qui ne sont pas des agriculteurs.

Plusieurs producteurs locaux craignent également que l’attention portée au contrôle des remblais illégaux n’entraîne une augmentation des inspections agricoles.

Mme Carrière affirme que, bien qu’il s’agisse d’une préoccupation légitime, les producteurs doivent demeurer vigilants en ce qui a trait à l’intégrité de leurs fermes et des ressources en eau et en sol de la région.

Latest stories

Une célébration de l’action environnementale locale pour de le Jour de la Terre

Les producteurs de la région recyclent plus de 107 tonnes de plastiques agricoles

Un groupe d’action environnementale étend son champ d’action dans le Haut-Saint-Laurent

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp