The Gleaner
Éducation

Arthur-Pigeon construit la résilience, un étudiant à la fois

Un simple coup de fil a suffi pour que Jean Dahmé sorte de sa retraite et retourne travailler à l’école Arthur-Pigeon. Cet appel provenait du directeur de l’école, M. Dominic Tremblay, et avait comme objectif de recruter M. Dahmé pour un projet ayant pour thème « la résilience pendant la pandémie ». M. Dahmé a tout de suite accepté. « J’étais excité et curieux à l’idée de revenir à l’école après avoir été retraité pendant cinq ans, de voir comment les élèves et les adultes se débrouillaient, mais aussi de voir comment je pouvais les soutenir », explique-t-il.

Mr. Dahmé rencontrera les élèves individuellement, abordera le stress et l’anxiété qu’ils peuvent ressentir et travaillera avec eux pour leur faire prendre conscience de leurs forces personnelles et, par la même occasion, leur faire développer une plus grande résilience.

Ayant passé ses 40 années de carrière comme travailleur social dans le Haut-Saint-Laurent (35 ans au CLSC de Huntingdon et cinq ans à l’école Arthur-Pigeon), M. Dahmé soutient que les écoles sont comme des « camps d’entraînement » à la vie adulte et qu’il faut prendre soin des écoles et des élèves. À l’école, les jeunes apprennent à se faire des amis et rencontrent différents types de personnes ; ils apprennent à composer avec l’autorité, à résoudre des problèmes et à gérer leurs émotions. « Toutes ces situations sont là pour leur faire développer les compétences sociales nécessaires pour fonctionner dans la société ; les écoles préparent les élèves à devenir le prochain groupe de citoyens », indique M. Dahmé.

 

Jean Dahmé travaillera avec les élèves de l’école Arthur-Pigeon. PHOTO Jean Dahmé

 

« Nous avons choisi le thème de la résilience spécifiquement pour ce projet, car il s’agit d’une qualité qu’il est important de développer et d’avoir dans diverses situations difficiles, par exemple la perte d’un être cher, le décès d’un animal de compagnie précieux, des séparations, des conflits ou lorsqu’on traverse une période de pandémie », explique M. Dahmé. Il estime qu’à travers ce thème, on peut familiariser les élèves à leurs compétences sociales, à leur intelligence émotionnelle, à leur estime de soi et à leur réseau — des sujets qui ne sont généralement pas abordés en profondeur pendant l’année scolaire. « En développant ces compétences, on gagne en estime de soi et on apprend à se valoriser et avec de la conscientisation et du temps, on devient résilient face à diverses situations, comme la pandémie que nous vivons actuellement. »

Bien que cette année ait été extrêmement différente et difficile pour les élèves, ces derniers semblent s’en sortir plutôt bien, selon M. Dahmé. Ce qu’il trouve le plus surprenant, c’est d’entendre certains élèves expliquer comment ils ont trouvé des moyens pour remplacer les activités scolaires qu’ils manquent. Certains font de l’exercice seuls ou apprennent à jouer d’un instrument ; d’autres découvrent des nouvelles occupations, apprennent à passer du temps seul confortablement ou font plus d’activités extérieures. « C’est ça la résilience », dit M. Dahmé de cette capacité à s’adapter de manière créative. « Lorsqu’on prend le temps de s’intéresser à eux, on se rend compte que nos jeunes sont plus résilients qu’on ne le pense ».

Lorsqu’on lui a demandé ce que les parents, ou tout autre adulte, pouvaient faire pour aider les jeunes pendant cette période mouvementée, M. Dahmé a souligné à quel point la pandémie a été difficile pour tout le monde. « Plus nous devenons résilients, plus cela sera favorable pour nos jeunes puisqu’ils observent notre façon de gérer chaque situation, et ultimement, nous devons continuer à les encourager à prendre conscience que dans chaque situation de crise se trouve une occasion d’apprendre quelque chose ».

 

Latest stories

Départ du directeur de l’école Arthur-Pigeon

Des artistes et des athlètes honorés à l’École Arthur-Pigeon

The Gleaner

Un partenariat entre Kahnawà:ke et la HAECC ouvre la porte à de nouvelles possibilités

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Vous pouvez profiter de 4 articles par mois gratuitement, mais si vous êtes affamés de nouvelles de la région , nous vous encourageons à "acheter local" et aider à soutenir votre source de nouvelles locales.

Notre communauté, notre journal !

Recevez l'édition imprimée par courrier  (accès numérique complet inclus)

pour seulement 60 $ par an.

L'accès numérique seul ne coûte que 40 $ par an.