The Gleaner
Nouvelles

Le maire de Havelock démissionne

Bien qu’il ait été élu il y a à peine dix mois, le nouveau maire de Havelock, Stéphane Gingras, qui avait défait le maire sortant (feu Denis Henderson) à la suite d’une campagne dominée par la protection des terres et de transparence politique, a démissionné.

Le maire sortant n’était pas présent lors de la dernière réunion municipale, le 2 septembre, mais sa lettre de démission a été reçue et acceptée par le caucus du conseil ce jour-là. Cependant, lors de la réunion en soirée avec le public, seul le départ de M. Gingras a été annoncé ; la lettre n’a pas été lue à haute voix. Lorsqu’on lui a demandé les raisons de ce départ, Gilbert Pomeroy, un citoyen de Havelock, a mentionné que Philippe Bourdeau, qui assure maintenant l’intérim du maire, avait indiqué que les raisons étaient « vagues », sans plus. Les citoyens ont alors appris qu’ils avaient très peu de temps pour présenter des candidats avant l’élection d’un nouveau maire en novembre.

Le Gleaner a obtenu une copie de la lettre de démission de M. Gingras. Dans cette lettre, il déclare que les raisons de son départ étaient, d’une part, son incapacité à trouver de l’aide auprès du conseil pour sa vision de la communauté, et d’autre part, le refus persistant d’être aussi transparent que possible avec les électeurs : « Depuis que j’ai été élu, j’ai essayé (avec l’aide du directeur général) de mettre en place des outils de communication qui favoriseraient la transparence », dit-il.

Dans une entrevue accordée au Gleaner, M. Gingras a déclaré qu’il faisait principalement référence à la résistance qu’il a rencontrée lorsqu’il s’est efforcé de rendre les réunions du conseil, qui, selon la loi provinciale, doivent être enregistrées, disponibles sur le site Web de la ville, comme c’est le cas dans de nombreuses municipalités au Québec. Une motion visant à autoriser la diffusion des vidéos a depuis été adoptée. Dans sa lettre, il déclare également : « Je ne peux pas, à moi seul, changer les habitudes regrettables de certaines personnes qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts plutôt qu’au bien-être de l’ensemble de la communauté ».

M. Gingras poursuivra son travail de protection de la biodiversité avec Ambioterra, une organisation locale non gouvernementale. Havelock, l’un des plus petits villages de la MRC du Haut-Saint-Laurent, doit maintenant trouver un nouveau candidat pour le diriger pour les trois prochaines années.

Latest stories

Questions et réponses avec Raymond Frizzell, Parti canadien du Québec

The Gleaner

Questions et réponses avec Jean-Claude Poissant, Parti Libéral du Québec

The Gleaner

Questions et réponses avec François Gagnon, Parti conservateur du Québec

The Gleaner

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !