The Gleaner
Art de vivreArt de vivre

Première saison exceptionnelle pour un très jeune entrepreneur de la région

Il est extrêmement important pour la croissance et l’avenir de la région de s’impliquer dans la communauté. Récemment, un nouvel exposant au marché fermier de Huntingdon a surpris les membres de la communauté en étant l’un des plus jeunes que le marché ait vu depuis ses débuts en 2007. À 13 ans, Connor Smythe vend ses œufs frais chaque semaine à de nombreux clients qui ne cessent de revenir à chaque semaine. « Quand j’ai commencé à avoir des poulets, j’étais à la maternelle. J’ai reçu deux poules bantam d’un de mes amis à l’Expo Ormstown. Ensuite, je les ai eus pendant environ 7 ans.

 

À 13 ans, Connor Smythe est de loin le plus jeune exposant du Marché Fermier de Huntingdon, mais il a déjà une clientèle stable qui fait la queue chaque semaine pour acheter ses œufs PHOTO Callan Forrester

 

En janvier 2020, je me suis occupé de 10 poules afin de pouvoir vendre leurs œufs », explique Smythe. En juin 2020, il en a acheté 10 de plus et en a ensuite reçu 20 autres. Ce qui a commencé à l’origine comme de la simple vente d’œufs à sa famille s’est rapidement transformé en beaucoup plus. À peine une année plus tard il avait déjà 80 poules afin de pouvoir répondre à la demande de ses clients. Smythe est actuellement étudiant à l’école secondaire Châteauguay Valley Regional (CVR), où il commencera la huitième année à l’automne. Cela signifie que pendant l’année scolaire, prendre soin des poules peut devenir un peu plus compliqué. Parce qu’il vit à Huntingdon, ses poules restent avec son grand-père : « Habituellement, pendant l’école, le matin, mon grand-père s’occupe d’eux parce que je ne peux pas y aller tôt. Après l’école, je prends le bus scolaire jusqu’à chez lui et je vais m’occuper d’eux parce que 80 poules, c’est beaucoup pour mon grand-père. Je récolte environ 60 œufs par jour en ce moment. Je suis généralement capable de faire le suivi ».

Fin juin 2021, Smythe a eu pour la première fois des œufs de trop. Il a décidé d’installer un kiosque devant sa maison pour voir si quelqu’un serait intéressé : « Nous vivons juste au coin de l’endroit où se trouve le marché. J’ai décidé d’installer un petit kiosque pour voir combien je pouvais en vendre parce que j’en avais quelques dizaines supplémentaires cette semaine-là. Et j’en ai vendu 13 douzaines. Les gens du marché sont venus voir si je voulais rejoindre le marché, alors je l’ai essayé et j’ai aimé l’expérience, alors j’ai continué à le faire ». Le président du marché fermier du comté de Huntingdon, Éric Leboeuf, a été tellement impressionné par l’initiative de Smythe qu’il l’a non seulement invité à se joindre au marché, mais lui a proposé qu’un prix spécial soit établi afin d’encourager les jeunes entrepreneurs de la région à se joindre au marché. Smythe a maintenant 13 clients hebdomadaires réguliers sur le marché et est en constante expansion. La réponse de la communauté a été vraiment positive pour l’agriculteur en herbe. « J’adore quand les clients reviennent au marché pour me dire à quel point les œufs sont délicieux ! », dit-il. Non seulement cela, mais il a été très demandé. « J’aime la façon dont les nouvelles personnes sont intéressées à m’acheter des œufs ».

Il poursuit en disant : « J’aime vraiment faire partie de quelque chose d’important et j’apprécie être traité comme les autres vendeurs, pas comme un enfant ». Il aime aussi beaucoup apprendre à connaître les clients et livrer des œufs afin d’échanger avec ses clients. Il pense qu’il est important pour les jeunes de s’impliquer dans leur communauté parce que c’est une façon d’apprendre grâce à l’expérience des pairs. Smythe espère vraiment « continuer dans le secteur des œufs pendant de nombreuses années ». Il veut également en apprendre davantage sur le milieu et acheter de nouvelles races de poules. Il espère étudier en agriculture et continuer à participer activement au développement de la communauté dans le futur.

Latest stories

La caricature d’Eric Serre 15 juin 2022

Eric Serre

Plus d’une façon d’être transgenre

La caricature d’Eric Serre 8 juin 2022

Eric Serre

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !