The Gleaner
Art de vivre Art de vivre

Relève à la ferme florale Au Beau Pré : la nouvelle saison approche

C’est la première saison officielle de Sarah Beaupré Quenneville à la barre de l’entreprise familiale de Saint-Anicet, « Au Beau Pré ». La jeune maman, qui a donné naissance à son premier enfant l’automne dernier, admets qu’elle « a des fourmis dans les jambes et a bien hâte de remettre les mains dans la terre » après un repos hivernal bien mérité.

Ainsi, la saison de la ferme florale a débuté et les abonnements floraux (un peu sur le modèle des paniers de légumes) sont disponibles depuis le 8 février, offrant deux forfaits : un mensuel (quatre bouquets au total de juin à octobre) et un bimensuel (huit bouquets au total) avec des points de chute partout dans la région.
La ferme offre également plusieurs services : l’autocueillette à la ferme, qui avait été si populaire l’été dernier que l’exploitation avait manqué de fleurs, les abonnements ainsi que la vente de bulbes, et la vente en gros (fleuristes, etc).

Beaupré Quenneville, qui reprends la ferme de ses parents, a de gros défis qui l’attendent mais elle, plus déterminée que jamais, n’a pas peur : après tout, elle connait bien l’entreprise. Ces jours-ci, comme sur d’autres exploitations agricoles, c’est le temps des semis.

 

Sarah Beaupré Quenneville a repris la ferme florale de ses parents à Saint-Anicet. PHOTO Au Beau Pré

 

« Cette année on essaie de nouvelles fleurs comme les lisianthus qui prennent beaucoup de temps à pousser, alors on doit les commencer d’avance : 150 jours de maturité. Nous avons également semé une grande quantité d’eucalyptus. On a eu une grande demande pour ça l’an dernier, alors on veut s’assurer de ne pas en manquer cette année, » dit-elle avec passion. La jeune entrepreneure et son partenaire sont également en train de finaliser la planification du champ pour l’autocueillette et vont ainsi changer la configuration pour que cette année l’expérience soit plus agréable pour les clients ainsi que pour bien respecter les mesures sanitaires et rendre l’endroit plus beau et plus convivial encore. « Nous allons ajouter des aires de repos et de pique-nique. Nous allons également dévoiler notre calendrier estival au courant du printemps. »

Pourtant, tout n’est pas rose au pays des fleurs : en ce moment, il y a un problème de manque de semences, un peu partout en Amérique du Nord. Habituellement, la ferme n’a pas de difficultés à se trouver des semences chez ses fournisseurs, mais avec la pandémie plusieurs personnes ont décidé de faire pousser des fleurs et des légumes. « La poste prend également plus de temps qu’à l’habitude alors on espère juste tout recevoir ce que l’on désirait à temps. On croise les doigts, » explique-t-elle avec une certaine inquiétude.

Conciliation travail-famille

Avec l’arrivée d’un bébé à l’automne 2020, Beaupré Quenneville a dû également adapter sa routine de travail et est consciente que lorsque le temps du travail plus physique sera venu, il faudra s’adapter encore un peu plus. En revanche, elle est très bien entourée par des grands-parents attentionnés et une famille soudée. « Pour l’instant, puisque le travail physique n’est pas encore commencé, je dirais que ça se passe plutôt bien. Camille (l’enfant) m’accompagne tous les jours à la ferme (au grand bonheur des grands-parents!). Heureusement, mon conjoint va prendre tout le congé parental pendant ma saison forte (mars à septembre). Cela va nous aider grandement. »

Pour Beaupré Quenneville, c’est l’avenir qui sent plutôt bon, comme les magnifiques fleurs qu’elle s’apprête à cultiver. « Ce qui me rend le plus heureuse dans cette situation, c’est d’imaginer que je crée ce bel environnement pour ma fille. Elle pourra jouer dans les champs, observer les insectes et les oiseaux. Elle sera dans un environnement sain et stimulant. Je l’imagine déjà avec sa petite salopette et ses bottes d’eau ! » — une image de paix et d’amour qui pourrait donner à d’autres des envies de campagne et de changements de vie!

En concluant, la jeune femme ajoute « nous savons que 2021 sera encore hors de l’ordinaire, mais nous sommes contents de pouvoir offrir un peu de douceur aux gens avec nos fleurs. »

Latest stories

La caricature d’Eric Serre 18 mai 2022

Eric Serre

Photo de la semaine 18 mai 2022

The Gleaner

Jean-Pierre Mack, auteur-courage, lance son livre grâce au Centre de Formation de Huntingdon

Iris Delagrange

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Vous pouvez profiter de 4 articles par mois gratuitement, mais si vous êtes affamés de nouvelles de la région , nous vous encourageons à "acheter local" et aider à soutenir votre source de nouvelles locales.

Notre communauté, notre journal !

Recevez l'édition imprimée par courrier  (accès numérique complet inclus)

pour seulement 60 $ par an.

L'accès numérique seul ne coûte que 40 $ par an.