The Gleaner
Nouvelles

Gary Arnold témoigne pour sa défense lors du procès pour enlèvement

Gary Arnold, résident de Godmanchester, a témoigné la semaine dernière au palais de justice de Montréal où il fait face à sept chefs d’accusation, dont enlèvement, séquestration, extorsion et complot, en rapport avec l’enlèvement, en septembre 2020, de Sandra et James Helm, du nord de l’État de New York, prétendument pour une dette de leur petit-fils en lien avec le commerce de stupéfiants. 

M. Arnold a été appelé à témoigner devant le jury le 19 janvier après que les procureurs aient terminé leur plaidoyer. Selon un rapport de la Presse Canadienne, l’accusation a présenté 13 témoins, dont Sandra Helm qui a été kidnappée avec son mari (décédé depuis) et a traversé clandestinement la frontière canadienne en passant par Akwesasne avant d’être retenue pendant deux jours dans un chalet à Magog. Elle a identifié M. Arnold comme l’un des deux hommes qui l’ont enlevée. 

La cour a également entendu le témoignage de son fils Michael Helm et de l’enquêteur principal de la Sûreté du Québec Guillaume Poirier, alors que les procureurs ont présenté des vidéos, des écoutes téléphoniques, des messages texte et des messages téléphoniques comme preuves de l’implication de M. Arnold dans la conspiration présumée. 

Pour sa défense, l’accusé a déclaré que sa participation à l’enlèvement était forcée et qu’il n’avait aucune connaissance préalable du complot d’enlèvement. Il a nié avoir été à l’intérieur de la maison des Helm ou avoir déjà été à Magog. Il a déclaré avoir reçu une lettre de menace lui ordonnant de se rendre à un rendez-vous avec un homme nommé « Big », où on lui a donné un téléphone et où des menaces ont été proférées contre sa famille s’il ne se conformait pas aux ordres. Ces ordres comprenaient une demande de se rendre à l’hôpital du Suroît à Salaberry-de-Valleyfield pour récupérer des cathéters pour Mme Helm en raison de son état de santé, où il a été filmé sur une vidéo de surveillance. M. Arnold a insisté sur le fait qu’il ne savait pas à qui était destiné le matériel médical, mais il a confirmé qu’il les avait livrés à un certain Franco D’Onofrio, qui attendait dans une voiture stationnée. M. D’Onofrio est également accusé d’avoir participé à l’enlèvement. 

Selon un rapport de la Gazette de Montréal, M. Arnold a admis avoir plaidé coupable dans des cas précédents lorsqu’il était confronté à des accusations criminelles. Il a dit aux jurés que cette affaire était différente et qu’il n’était pas coupable. Le procès a repris lundi. (SR, traduit par IW)

Latest stories

Un garçon sauvé de la noyade à Huntingdon

La CPTAQ pourrait refuser l’usine d’asphalte à Havelock

Des cyclistes s’aventurent sur les routes de la région

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp