The Gleaner
Nouvelles

La Ferme d’André renaît de ses cendres pour le camp d’été

Callan Forrester
Traduit par Iris Delagrange

Le gouvernement du Québec à récemment a annoncé que les camps d’été seront autorisés à ouvrir pour la saison estivale qui s’amorce. La Ferme d’André, située à Ormstown, ouvrira donc ses portes pour la première fois depuis que les nouveaux propriétaires ont acheté l’entreprise l’an passé.

La célèbre ferme a été vendue en 2020 à Mylène Faucher, son partenaire et leurs fils. Mme Faucher explique la décision d’acheter : « Mon partenaire a toujours été dans l’agriculture et mes fils ont étudié en agriculture au College MacDonald. C’est un travail à temps plein pour la famille ». Tout ce qui se rapporte à l’agriculture et les animaux est une passion pour eux. Pour sa part,

Mme Faucher a récemment pris sa retraite d’une carrière dans les ressources humaines. En plus d’aimer les animaux, elle explique : « J’aime aussi les enfants et tout ce qui a trait à la gestion et à l’organisation. Fondamentalement, tout ce qui est pour le bien-être des autres, cela a toujours été une priorité pour moi ». Elle considère que ses compétences en RH seront d’une grande utilité pour la gestion de La Ferme d’André. « J’ai fait beaucoup de coaching pour aider les gens à découvrir leurs intérêts et leurs forces tout en les encourageant et en les aidant à gagner de la confiance en soi. Ce sont des compétences qui sont transférables à un camp d’été et à la gestion des coordonnateurs, des moniteurs ».

 

 

Quelques animaux de la ferme, qui attendent le retour des campeurs cet été à La Ferme d’André. PHOTO courtoisie de La Ferme d’André

 

Mme Faucher réitère que l’énorme travail qu’André Giguère a consacré à ce camp pendant près de cinq décennies ne sera pas oublié. Elle-même s’est inspirée de ce lieu lors de sa visite à l’école primaire : « J’ai connu La Ferme d’André quand j’étais jeune. J’y suis allée avec l’école pendant une journée et je me souviens encore du théâtre dans l’immense grange. Quand je suis revenue, tous ces souvenirs sont revenus aussi ».

M. Giguère est depuis longtemps une figure bien connue et importante dans la communauté. Mme. Faucher renchérit : « Ce qui est vraiment important pour nous, c’est de poursuivre le travail que M. Giguère a fait depuis 1969. C’est un mentor pour nous, et ce qui est incroyable, c’est qu’il vit toujours sur la propriété ».

Bien sûr, reprendre une entreprise au milieu d’une pandémie globale n’est pas une chose simple. « Nous avons acheté La Ferme d’André l’an dernier en pleine pandémie sans savoir ce qui allait se passer. Nous sommes devenus propriétaires le 1er mai, et il y avait un OBNL qui dirigeait le camp depuis sept ans pour M. Giguère ». Au moment de conclure la transaction, le gouvernement n’avait pas annoncé si les camps allaient être autorisés pour la saison estivale. L’OBNL a décidé de ne pas continuer à diriger le camp, « …ce que je comprends très bien, parce qu’il y a tellement de travail à faire », ajoute celle qui connaît bien les ressources humaines.

Heureusement, la famille a pu mettre cette année de congé à leur avantage. «Nous avons pu nous familiariser avec l’emplacement et rafraîchir les installations. Je travaillais encore à temps plein, donc prendre le temps de mieux comprendre comment fonctionne le camp d’été a été génial. Nous avons entendu parler de l’Association des Camps du Québec (ACQ); nous avions des appels virtuels hebdomadaires. Nous avions une équipe vraiment extraordinaire avec nous ». L’accompagnement de l’ACQ a d’ailleurs été essentielle à leur développement, un aide précieuse pour laquelle la famille affirme être très reconnaissante.

Donner aux enfants la possibilité de participer à des camps comme celui-ci est de la plus haute importance pour la mère de famille. « Le fait que les enfants sortent de leur zone de confort, soient dans la nature, apprécient ce qu’elle leur apporte et les aident à entrer en contact avec leur créativité … c’est un environnement d’apprentissage qui n’est pas stressant, ils découvrent et apprécient simplement le fait d’être à l’extérieur », explique-t-elle. Au cours de la dernière année, avec la pandémie, les enfants ont dû rester à la maison, alors retourner à la ferme avec des animaux, redécouvrir des libertés que nous n’avions plus est important à la fois pour la santé mentale et physique. C’est l’occasion de se faire de nouveaux amis qui viennent de partout !

Elle réitère que les enfants peuvent faire tout cela tout en « étant dans un espace sécuritaire, avec des moniteurs. Nous vivons sur le site, donc nous sommes ici 24 heures par jour. Nous allons continuer à bâtir une formule qui fonctionne pour les enfants et nous espérons être là pendant encore de nombreuses années ».

« Financièrement, la question a été soulevée à savoir si oui ou non nous allions rouvrir si le gouvernement nous le permettait. Mais pour moi, il était clair que nous devions ouvrir, même si cela signifiait des pertes potentielles. Il vaut mieux ouvrir pour que les gens n’oublient pas la Ferme d’André ».

Le camp sera ouvert à compter du 27 juin et tout indique que ce sera une saison réussie. « La réaction des parents a été très positive. Nous sommes submergés de demandes, donc nous en sommes très heureux. Nos préparatifs se passent très bien ». La famille espère que d’ici l’automne, ils seront également en mesure d’organiser à nouveau des journées portes ouvertes.

 

Latest stories

Des foules record pour l’Expo Ormstown

Sarah Rennie

Des démarches ralenties par le gouvernement

Une première mondiale : des camions de brousse 100% électriques, 100% Québécois au Parc Safari

Iris Delagrange

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !