The Gleaner
Art de vivre Art de vivre

La Fermette : des légumes durables du champ à l’assiette

Après avoir travaillé quelque temps à la célèbre Ferme des Quatre-Temps à Hemmingford, Annie-Claude Lauzon et Justine Chouinard, toutes deux originaires de Montréal, ont eu envie de lancer leur propre projet agricole. En 2019, le duo s’est installé sur la Covey Hill et a débuté son projet de passion : La Fermette.

Mme Lauzon et Mme Chouinard se sont rencontrées à l’université ; Mme Lauzon apprenait les études internationales et l’environnement, et Mme Chouinard étudiait en design de l’environnement. Elles étaient toutes les deux très impliquées dans des projets collectifs d’agriculture urbaine et, grâce à ces activités, elles ont adopté le concept d’agriculture écologique.

« Participer à ces projets et à ces conférences nous à amenées à nous intéresser aux questions sociétales et environnementales, à nous faire réfléchir aux répercussions qu’elles peuvent avoir en agriculture, explique Mme Lauzon. Cela nous a orienté vers des alternatives écologiques ; nous voulions faire partie de la solution ».

Lorsqu’elles ont décidé de lancer leur propre projet de ferme, elles hésitaient à le faire seules. Toutefois, elles ont fini par entrer en contact avec deux restaurants de Montréal, le Café Parvis et la Buvette Chez Simone, qui voulaient mettre en vedette des produits cultivés localement. Grâce à un effort de collaboration, La Fermette est née.

Occupant moins d’un hectare de terre, La Fermette cultive présentement plus de trente sortes de légumes. La ferme pratique un type d’agriculture bio-intensive qui lui permet de cultiver de nombreux légumes dans un espace réduit, tout en respectant l’environnement. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il est important de cultiver des produits biologiques, Mme Lauzon a répondu : « Je ne pense pas que nous ayons vraiment le choix d’être une ferme biologique et soucieuse de l’environnement ; cela devient progressivement la norme et le standard ».

Annie-Claude Lauzon et Justine Chouinard à La Fermette PHOTO par Alex Chabot

 

Une pratique agricole qui profite à la terre tout en soutenant la biodiversité naturelle de la région est de la plus haute importance pour l’équipe de la Fermette. « Nous nous efforçons constamment à trouver des méthodes plus respectueuses de l’environnement ; nous voulons favoriser la vie à la ferme autant que possible, explique Mme Lauzon. Je crois qu’il est important d’avoir des habitats pour les prédateurs naturels, car ces derniers aident à lutter contre les nuisibles. Plus nous soutenons la biodiversité, plus nous avons d’équilibre ».

Cette volonté d’adopter une pratique plus durable et plus équilibrée est au cœur de la ferme. Mme Lauzon a parlé de l’importance de remettre en question les pratiques agricoles conventionnelles, sans pour autant faire de reproches ou blâmer des gens. « C’est une région qui dépend de l’agriculture, et j’ai beaucoup de respect pour la communauté agricole. C’est un travail difficile et dévoué. Je veux travailler avec la communauté agricole pour trouver des solutions avant que nous ne dépassions le point de non-retour », indique-t-elle.

Même si l’intention originale était de cultiver des produits uniquement pour les restaurants, La Fermette a fini par mettre en place un marché hebdomadaire, à la Buvette Chez Simone, où la ferme a pu vendre ses produits au public. La ferme a par la suite commencé à vendre au Marché des Éclusiers, toujours sur une base hebdomadaire. En 2019, les efforts ont été répartis également entre les marchés de producteurs et les restaurants, la ferme fournissant des légumes à environ une douzaine de restaurateurs. Mais lorsque la pandémie a imposé des restrictions aux restaurants et entraîné leur fermeture, la ferme a dû se concentrer à nouveau sur les marchés.

La Fermette a mis au point un marché de producteurs, en ligne, où les clients peuvent s’inscrire, obtenir de l’information sur les cultures disponibles chaque semaine, passer une commande, puis venir chercher les légumes fraîchement cueillis, à la ferme, deux jours plus tard. Cette formule est différente des paniers d’abonnement habituels : « Les gens ne sont pas obligés de recevoir une quantité fixe de tout ou d’en recevoir chaque semaine. Il y a tellement de gens dans cette région qui ont leur propre potager, donc nous ne voulons pas les inonder de produits qu’ils cultivent déjà chez eux », explique Mme Lauzon. « C’est vraiment là pour vous, ce que vous voulez, quand vous voulez. » Le marché en ligne sera de retour cette saison à la suite du grand succès de l’année dernière ; les dates seront fixées sous peu.

La Fermette est une ferme qui sort de l’ordinaire qui est motivée par l’amour de la bonne nourriture et de la communauté, mais surtout par le respect de l’environnement. Pour connaître les marchés auxquels la ferme participera cette saison, ainsi que pour plus d’informations sur le marché en ligne, visitez la page Facebook de La Fermette (www.facebook.com/La-Fermette), ainsi que sa page Instagram (@fermette_la_fermette).

Latest stories

La caricature d’Eric Serre 18 mai 2022

Eric Serre

Photo de la semaine 18 mai 2022

The Gleaner

Jean-Pierre Mack, auteur-courage, lance son livre grâce au Centre de Formation de Huntingdon

Iris Delagrange

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Vous pouvez profiter de 4 articles par mois gratuitement, mais si vous êtes affamés de nouvelles de la région , nous vous encourageons à "acheter local" et aider à soutenir votre source de nouvelles locales.

Notre communauté, notre journal !

Recevez l'édition imprimée par courrier  (accès numérique complet inclus)

pour seulement 60 $ par an.

L'accès numérique seul ne coûte que 40 $ par an.