The Gleaner
Opinion

Il est temps de faire une différence !

Bonjour,
Je suis Donna, je travaille comme intervenante de milieu auprès des aînés vivant des situations de vulnérabilités. Je considère comme important de vous parler de santé mentale pendant la Semaine de la santé mentale, qui a lieu du 2 au 8 mai cette année.

Le thème de cette année est « Pour s’épauler, il faut d’abord s’écouter »! Peut-être qu’on devrait seulement être plus à l’écoute. On devrait prendre le temps de ralentir notre rythme de vie et prendre le temps de s’intéresser aux aspirations des autres, à leurs besoins, leurs idées, leurs intérêts, et ce, sans jugement et sans idées préconçues. Je crois que la partie la plus importante d’une conversation significative, c’est l’écoute. Pour être en mesure d’aider, il faut comprendre et pour comprendre, il suffit clairement d’écouter sans juger.

À mon avis, une bonne santé mentale résulte de l’équilibre entre le stress vécu par une personne et ses capacités à y faire face.

Malheureusement, aujourd’hui avec la pandémie, la santé mentale du citoyen est plus fragilisée que jamais et avec toutes les problématiques du monde entier sur les épaules, il est de plus en plus difficile d’atteindre le bon équilibre pour beaucoup de gens. Les niveaux de stress augmentent et les capacités d’adaptation diminuent.

Je travaille avec une clientèle âgée de 50 ans et plus, déjà fragilisée et isolée. Les problématiques de santé mentale sont très présentes et elles les affectent tous de différentes façons. Je crois qu’il est grandement temps de s’arrêter et de réfléchir parce que plus ça change, plus c’est pareil. Le jugement, l’âgisme et la stigmatisation font partie du quotidien de tellement de gens, depuis tellement d’années, qu’on en est venu à les banaliser dans notre société.

Depuis des années, on partage des campagnes de sensibilisation. On a appris que « la dépression, ça fait mal », mais comprenons-nous réellement ce qu’est la dépression ? Personnellement, je n’en reviens pas de voir des annonces publicitaires disant comment on doit traiter les autres ou à quel point la courtoisie est importante. La courtoisie est, certes, primordiale, mais avons-nous réellement besoin de nous le faire dire pour démontrer du simple savoir vivre ? La majorité d’entre nous a probablement déjà vécu une période plus difficile et on se souvient très bien de l’état d’impuissance dans lequel on était pour y faire face. Les personnes vivant avec une problématique de santé mentale doivent vivre dans cet état de combat au quotidien, leur vie durant et souvent sans accompagnement.

Il est temps d’emboîter le pas! Il est temps d’épauler les autres en les écoutant, sans jugement. Il est temps de faire une grande différence !
Donna Cormier
Travailleuse de milieu auprès des 50 et plus
Centre communautaire multiservices Un coin chez-nous

Latest stories

Quand les gens oublient la bienveillance

Invité - Opinion

Saviez-vous que le Gleaner vous appartient ?

Hugh Maynard

Ce casse-tête aux pièces manquantes

Invité - Opinion

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram
WhatsApp

Profiter de 4 articles par mois gratuitement !

Notre communauté, notre journal !

Édition imprimée et accès numérique

L'accès numérique seul

pour seulement 60 $ par an. 

ne coûte que 40 $ par an.

Les dernières nouvelles et les nouvelles communautaires sont toujours gratuites !